L’agriculture émet plus de GES, mais moins en fait

Le 15 février 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En 2010, l’agriculture a 13,7% émis des rejets anthropiques de CO2.
En 2010, l’agriculture a 13,7% émis des rejets anthropiques de CO2.

Cela ne s’était pas produit depuis 6 ans.

En début de semaine, l’organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a rendu publique une nouvelle estimation des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) imputables aux activités agricoles et sylvicoles. Ce qui n’est pas un luxe.

La dernière étude de ce type avait été intégrée au dernier rapport d’évaluation du Giec[1], publié en 2007. Elle s’appuyait sur des données globales datant de 2005. Cette fois, les scientifiques ont utilisé les données nationales sur une longue période: 1961-2010.

Dans leur article publié dans Environmental Research Letters, les quatre statisticiens onusiens et les deux chercheurs de l’université d’Aberdeen établissent une cartographie précise de l’évolution des émissions de GES agricoles. Les données nationales sont consultables sur le site dédié de la FAO.

Durant les 5 dernières décennies, les émissions moyennes de l’agriculture ont progressé de 1,6% par an, contre 5,2% pour la production d’énergie et de ciment. En conséquence l’empreinte climatique du secteur primaire n’a cessé de décroître au fil des ans. Au début des sixties, l’agriculture représentait 27,5% des rejets anthropiques de CO2, contre 13,7% en 2010. Parallèlement, les émissions imputables à la déforestation pesaient 19% des rejets mondiaux de CO2 en 1961, contre 10% en 2010. En 1990, les coupes massives de bois représentaient 52% des émissions agricoles, contre 42% en 2010.

Sur la dernière décennie étudiée (2000-2010), les rejets agricoles (hors combustion de la biomasse et déforestation) de gaz carbonique, de méthane et de protoxyde d’azote ont globalement progressé de 1,1% par an, s’établissant à 4,6 milliards de tonnes équivalent CO2 en 2010.

Bien que leur poids respectif évolue au fil des décennies, les grands postes d’émission de GES sont la déforestation et la fermentation entérique (les rots du bétail).



[1] Giec: Groupe international d’experts sur l’évolution du climat

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus