L’agriculture bio reste sur sa faim

Le 14 novembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des filières face à leur essor
Des filières face à leur essor

Les Assises nationales de l’agriculture biologique, organisées ce 14 novembre à Paris, ont souligné les blocages et les leviers existant tant au sein des filières que des territoires. De son côté, le ministre de l’agriculture s’est dispensé de relancer le plan Ambition Bio 2017.

 

L’Agence Bio y avait cru. Son directeur général Florent Guhl avait laissé entendre, le 25 août dernier au JDLE, que Stéphane Le Foll annoncerait la suite du plan Ambition Bio lors des Assises. Mais force est de constater que le secteur est resté sur sa faim. Aucune mesure, en effet, à attendre du gouvernement. Le ministre de l’agriculture s’est contenté d’affirmer que la bio était «à un tournant» et que le débat avait changé. «Aujourd’hui, deux questions se posent. Peut-on certifier des cultures hors sol et la bio doit-elle être moins chère?», a affirmé le ministre. S’il a reconnu qu’il était nécessaire de prolonger le plan au-delà de 2017, celui-ci pourrait être «présenté en mars, lors du salon de l’agriculture», «afin d’espérer qu’il résiste à la prochaine mandature», a-t-il poursuivi de façon évasive.

 

En quête de production locale et de modernisation

Un tour de table des représentants des filières a révélé des problèmes plus concrets. «Crise oblige, la production laitière a connu énormément de conversions au début de l’année. Mais il faudrait les accompagner car les producteurs connaissent de fortes pressions», observe Caroline Le Poultier, directrice générale du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL).

Les éleveurs de volailles appellent de leurs vœux une production française de concentré protéique de luzerne et de gluten de pommes de terre, alors qu’il n’existe que deux usines non bio en Europe aujourd’hui.

Le secteur des céréales semble plus optimiste avec l’une des plus fortes croissances sectorielles en 2016 et une autosuffisance prévue en 2018.

Au rayon vin, les inégalités sont encore importantes entre les vignobles gagnés par la bio, comme la Touraine ou le Languedoc, et les vignobles plus récalcitrants comme le Bordelais ou les Côtes du Rhône.

«Le maillage territorial s’avère très inégal. On manque de producteurs de proximité dans de nombreuses régions», déplore, tous secteurs confondus, Claude Gruffat, président de Biocoop. Les régions font en effet le grand écart, entre l’Occitanie, qui abrite le plus grand nombre de fermes et les Hauts de France qui sont les moins bien lotis. Le chef d’entreprise en a profité pour demander une fiscalité incitative, qui reposerait sur une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) diminuée pour les externalités positives et augmentée pour les externalités négatives.

Enfin, l’ancien ministre de l’écologie Philippe Martin s’est dit inquiet par la refonte du cahier des charges européen, notamment par l’acceptation de la mixité des cultures, c’est-à-dire la cohabitation entre des cultures bio et non bio au sein de la même exploitation. «La bio doit être une philosophie, pas seulement une production», a déclaré le président du Gers, l’un des départements les plus forts en bio avec la Drôme en pourcentage de surface agricole utile (SAU) (plus de 14%).

 

Aucun moyen supplémentaire

Si l’agriculture biologique poursuit son essor en 2016, selon le bilan dressé le 21 septembre par l’Agence Bio, elle ne représente toujours que 5,8% de la SAU de l’Hexagone. Fortement agricole, le territoire fait pourtant moins bien que la moyenne de l’UE qui s’élève à 6,2% de la SAU selon Eurostat. Ce qui offre de grandes marges de manœuvre, à condition de disposer de quelques moyens supplémentaires. Les agriculteurs sont de nouveau repartis bredouilles ce 14 novembre, le fonds d’avenir Bio restant doté de 4 millions d’euros par an, alors que «le double serait nécessaire» selon Didier Perréol, président de l’Agence. Cet agriculteur vise au niveau national 10% de la SAU, 10% de la consommation alimentaire et 10 Md€ de chiffre d’affaires en 2020.

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus