L’agriculture appelée aux urnes

Le 18 avril 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les circuits courts à l'honneur
Les circuits courts à l'honneur
DR

A l’exception du Salon international de l’agriculture, passage obligé des politiques en campagne, le sujet agricole n’est pas de ceux qui ont fait l’actualité de ces derniers mois, bien qu’il figure en bonne place des programmes. Petit tour d’horizon.

S’il est un sujet qui fédère les candidats, c’est celui des circuits courts: tous sont favorables au recours aux productions locales. Parfois dans un but écologique, d’autres fois dans le cadre d’un «patriotisme économique» (Marine Le Pen, ou encore Nicolas Dupont-Aignan), voire pour «couper les ailes aux vautours financiers» (Jacques Cheminade).

Quant aux OGM, c’est la quasi-unanimité: il faut les interdire. Exception notable, François Fillon, qui, sans les nommer, propose de «relancer des programmes de recherche et d’innovation pour l’agriculture de demain, notamment ceux concernant les nouvelles biotechnologies et l’agriculture 3.0». Une agriculture «innovante» également prônée par Emmanuel Macron, qui ne mentionne pas les biotechnologies.

Plus subtil, Nicolas Dupont-Aignan prévoit d’«interdire les OGM tels qu’ils sont créés jusqu’ici, mais sans s’opposer systématiquement aux avancées de la science». Une formulation qui pourrait laisser le champ libre aux nouvelles techniques d’obtention des plantes (NPBT), qualifiées par plusieurs associations de «nouveaux OGM». Pour Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, ces «OGM cachés» doivent au contraire se voir appliquer l’ensemble des règles en vigueur pour les OGM classiques.

Bio et agro-écologie

Côté consommation bio, c’est Jean-Luc Mélenchon qui va le plus loin: l’Insoumis s’engage à imposer l’objectif de 100% de produits bio et locaux dans la restauration collective. Benoît Hamon et Emmanuel Macron préfèrent quant à eux miser sur du 50%. Comme pour les OGM, ce sont les programmes de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon qui vont le plus loin en matière de production bio.

Le dernier prévoit d’ailleurs «la conversion progressive de l’ensemble de l’agriculture aux principes de l’agriculture écologique et biologique», tandis que le premier, qui s’inscrit dans la mise en œuvre d’Ecophyto 2, veut «majorer les soutiens» à l’installation des agriculteurs bio et renforcer la formation initiale et continue.

Pesticides et perturbateurs endocriniens

Quant aux pesticides, Emmanuel Macron compte aborder la question lors d’un «Grenelle de l’alimentation», au cours duquel sera défini un «calendrier prévoyant l’élimination progressive des pesticides, en commençant par ceux qui présentent un risque pour la biodiversité ou la santé, et le développement d’alternatives».

Comme ses deux principaux concurrents de gauche, le Marcheur appelle à l’interdiction «au plus vite» des perturbateurs endocriniens. Du moins ceux «repérés comme ayant des impacts sanitaires avérés ou probables, dès lors qu’il existe des solutions scientifiquement reconnues comme moins toxiques». Des intentions au final très proches de celles inscrites dans les textes de Bruxelles, pour l’instant sans grand effet.

Principe de précaution

A l’exception d’Alain Juppé et de Nathalie Kosciusko-Morizet, tous les candidats de la primaire de droite et du centre, y compris François Fillon, voulaient la peau du principe de précaution, pourtant adossé à la Constitution par Jacques Chirac, en 2005. Le candidat LR a évolué: il s’agit désormais de le «réécrire pour favoriser l’innovation responsable». Une ligne moins agressive, qui lui aurait été imposée lors de négociations avec l’UDI.

Autre curiosité: Jean-Luc Mélenchon compte «réduire la part des protéines carnées dans l’alimentation, au profit des protéines végétales», dans un but de lutte contre le réchauffement climatique. Benoît Hamon évoque aussi le sujet des protéines végétales, mais seulement dans le cadre de l’alimentation animale, afin de réduire l’importation de soja.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus