L’Agence francilienne de la biodiversité entame son combat

Le 12 avril 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bruno Millienne préside la nouvelle agence régionale de la biodiversité
Bruno Millienne préside la nouvelle agence régionale de la biodiversité

L’Agence régionale de la biodiversité (ARB) d’Ile-de-France a été officiellement créée, ce 12 avril, par la signature de la convention avec la région. C’est la première de l’Hexagone.

 

Succédant à Natureparif, lancée en décembre 2007, l’ARB francilienne est rattachée à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région (IAU-IDF). «Le cadre fixé par la loi pour la reconquête de la biodiversité est très ouvert. Nous avons seulement porté trois principes. Etre dans l’action, associer tous les acteurs du territoire et jouer la complémentarité», a déclaré Christophe Aubel, directeur général de l’Agence française de la biodiversité (AFB).

Nouveau revers pour EuropaCity / Le président de l’ARB-IDF, Bruno Millienne, a annoncé qu’il allait donner un avis défavorable au projet EuropaCity de création d’un méga-complexe touristique sur 80 hectares de terres agricoles. Ce projet a déjà récolté plusieurs avis critiques de l’Autorité environnementale. L’arrêté de création de la ZAC a été annulé le 6 mars par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise au nom des failles de son étude d’impact.

Quatre missions sont assignées à cette nouvelle structure, présidée par le conseiller régional Bruno Millienne (MoDem), qui compte 15 salariés: soutenir les politiques régionales en faveur de la biodiversité terrestre et aquatique, apporter une expertise technique, développer les connaissances et sensibiliser les citoyens sur les enjeux.

Si l’ARB-IDF est la première à être officialisée en France, sept autres agences régionales sont en cours de création en Bretagne, Normandie, Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-France-Comté, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Un enjeu vital

En charge de la protection de 10.000 espèces animales, dont 200 protégées, l’ARB-IDF devra être une «agence de combat», car «nous sommes face à un effondrement du vivant, l’enjeu est vital», selon Luc Abbadie, directeur de l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris.

Pour Christophe Aubel, ce sera un lieu où trouver «des solutions contre l’artificialisation des sols, contre l’usage des pesticides, contre les pollutions, pour mettre en place la stratégie régionale et réaliser des atlas communaux de la biodiversité». Une mission urgente alors que 1.000 hectares d’espaces naturels disparaissent chaque année en Ile-de-France.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus