L’Agence européenne des aliments étudie le cas du BPA

Le 22 mai 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A la suite de la publication de nouvelles études américaines mettant en cause l’impact sur la santé des bébés du bisphénol A (BPA), une substance présente dans certains plastiques en contact avec l’alimentation (1), l’Agence européenne de sécurité des aliments, dite Efsa, a déclaré «examiner toutes les informations pertinentes disponibles» sur les risques sanitaires de cette substance. Dans un communiqué du 21 mai, elle indique que la Commission européenne lui a demandé d’étudier, d’ici juillet, les éventuelles différences d’élimination du BPA par les enfants en bas âge et par les adultes. Celles-ci n’avaient pas été explicitement abordées dans la dernière évaluation de risque de l’Efsa, réalisée en janvier 2007, qui avait relevé la dose journalière acceptable (DJA) de 0,01 à 0,05 milligramme par kilogramme de poids corporel.

L’Efsa indique être en relation «étroite» avec la Commission européenne, les Etats membres, ainsi que les autorités canadiennes et l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA). Mi-avril, le Canada a annoncé son intention d’interdire les biberons contenant du BPA. Au même moment, le programme national américain de toxicologie déclarait avoir «quelques inquiétudes» pour les fœtus, les nouveau-nés et les enfants exposés à la substance, craignant des effets sur le cerveau, la prostate et les glandes mammaires.

(1) Voir l’article du JDLE «BPA: les Américains inquiets, les Européens pas encore»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus