L’Agence Adour-Garonne s’attaque aux cyanobactéries

Le 29 avril 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans la Doue, les cyanobactéries forment des voiles à la surface
Dans la Doue, les cyanobactéries forment des voiles à la surface

L’agence de l’eau Adour-Garonne a annoncé, le 25 avril, avoir signé son premier contrat territorial avec les acteurs – volontaires – du bassin de la Doüe,un affluent de la Charente,pour lutter contre le développement massif de cyanobactéries (1) sur la période 2013-2017.

Le signal d’alarme a été tiré en 2009, avec l’ajout de la surveillance des populations de cyanobactéries aux indicateurs habituels de la qualité des eaux et des milieux retenus par l’Agence régionale de santé. «Cette dégradation a été confirmée dans l’étude pilote menée par le parc naturel régional Périgord-Limousin de 2010 à 2012 sur l’impact des étangs sur le bassin versant de la Doüe. Or, cette situation se répercute aussi bien sur la qualité de l’eau potable que des eaux de baignade de l’étang de Saint-Estèphe», précise l’Agence de l’eau.

Avec l’objectif de lutter contre l’eutrophisation des eaux de surface (1), c’est-à-dire leur enrichissement en nitrates et phosphore, ce contrat comprend 24 actions pour une montant global de 8,3 millions d’euros.

Il faut noter que ce territoire est ponctué d’un grand nombre d’étangs (274 sur un linéaire de 90 kilomètres), positionnés en barrage des cours d’eau, et qu’il se résume à deux types principaux de sols: les zones forestières (52% de la surface du bassin) et les zones agricoles (44%), essentiellement destinées à l’élevage extensif de bovins.

Selon l’Agence de l’eau, les pollutions globalement ponctuelles sont dues à l’abreuvement direct des animaux aux cours d’eau, à la gestion approximative des effluents et à leur stockage, dans un contexte de rétention des pollutions par les étangs. Par ailleurs, le faible débit des cours d’eau ne permet pas d’épurer naturellement l’eau entre ces étangs.

Le bon état des eaux est visé, au sein du bassin, en 2021. D’ici là, les priorités sont données à l’effacement des étangs et à leur renaturation en zones humides, à la suppression des assainissements non collectifs (ANC) défectueux, à l’élimination des rejets des stations d’épuration dans les milieux aquatiques, à l’aménagement d’abreuvoirs pour les bovins et à la mise en place de suivis des effluents. Les 24 actions retenues impliquent les communes, communautés de communes, conseil général de Dordogne, propriétaires d’étangs, agriculteurs, chambre d’agriculture, et parc naturel régional Périgord-Limousin…

(1)Les cyanobactéries fixent l’azote et se développent particulièrement bien dans les milieux pollués par les activités humaines (eutrophisation).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus