L’Afrique, riche de ses ressources naturelles

Le 30 juin 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

«L’Afrique ne peut pas se permettre de perdre ses biens environnementaux». C’est avec cet appel solennel que le docteur Abdul-Hakim Rajab Elwaer, président de la Conférence des ministres africains de l’environnement (CMAE), introduit le récent rapport sur l’environnement en Afrique, réalisé avec le Programme des Nations unies sur l’environnement (Pnue).

En fait, ce rapport va plus loin: l’Afrique doit s’attacher à valoriser ses richesses naturelles de manière durable car ces opportunités immenses sont la clé de son développement. «Ce rapport conteste le mythe selon lequel l’Afrique serait pauvre. Si ses vastes richesses naturelles étaient gérées durablement, avec sensibilité et créativité, elles pourraient servir de tremplin pour une renaissance de l’Afrique», explique Achim Steiner, directeur exécutif du Pnue.
Mais pour l'instant, les menaces s'accumulent: taux élevés de dégradation du sol, usage excessif de l'eau en agriculture, changement climatique, organismes génétiquement modifiés et transfert de la production de produits chimiques des pays développés vers les pays en voie de développement. Il y a donc urgence à prendre en charge ces ressources: "Si les politiques demeurent inchangées, si la volonté politique laisse à désirer et si des financements adéquats ne se manifestent pas, alors l'Afrique pourrait se retrouver sur un chemin bien moins durable qui mènera à une érosion de sa richesse naturelle et une misère encore plus extrême", prévient Achim Steiner.
Une prise de conscience s'amorce déjà: la Tanzanie, par exemple, a annoncé, lors de la lecture de son budget national, une exonération de la TVA sur le gaz de pétrole liquéfié visant à réduire la production énergétique à base de charbon et de bois; et au Kenya, les panneaux solaires et le matériel qui y est associé bénéficient désormais d'une exonération fiscale. Des traités entre Etats sont également conclus sur ces thèmes.

Ce rapport du Pnue, élaboré par des scientifiques du continent, fait aujourd'hui le point sur les grandes priorités de la région, en soulignant les options et les actions politiques nécessaires pour renforcer l'investissement, la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et contre la vulnérabilité humaine, éléments critiques de la gestion durable des ressources. Il insiste sur les ressources non exploitées, et presque insoupçonnées du continent: de l'eau douce aux forêts, du sous-sol au milieu marin en passant par les richesses minières, la région ne réaliserait qu'une fraction de son potentiel économique à base naturelle. Le rapport souligne par exemple que l'Afrique pourrait tout à fait subvenir à l'ensemble de ses besoins alimentaires. Il révise en tout cas sérieusement l'idée qu'écologie et économie seraient antinomiques.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus