L'AFB prend son envol

Le 04 janvier 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gilles Boeuf présidera le Comité scientifique
Gilles Boeuf présidera le Comité scientifique

Officiellement installée le 1er janvier, l’Agence française de la biodiversité démarrera concrètement ses activités le 16 janvier prochain.

 

«Le premier enjeu de l’Agence est de faire monter le sujet de la biodiversité dans la société car c’est le socle de toutes les sociétés humaines», a lancé Christophe Aubel, son directeur général lors d’une conférence de presse organisée ce 4 janvier au ministère de l’environnement. «Elle devra aussi mobiliser de nouveaux acteurs comme les entreprises, soutenir la science participative, recenser la biodiversité notamment en Outre-mer, déployer les parcs marins et développer les projets de restauration des zones humides», a énuméré l’ancien administrateur de France Nature Environnement.

 

Pour lui, la mission de l’Agence est «d’accompagner les projets», «comme le fait l’Ademe[1] pour l’énergie, le climat et les déchets». Avec 126 millions d’euros de crédits pour 2017, selon la secrétaire d’Etat à la biodiversité Barbara Pompili, son budget est toutefois bien inférieur à celui du bras séculier du ministère en charge de l’environnement (590 M€ en 2016). 


Après une longue genèse, l’éclosion de l’AFB est prévue pour le 16 janvier, lors du premier conseil d’administration qui se tiendra à Vincennes, l’un des trois pôles de l’Agence (siège de la direction) avec Montpellier pour la recherche, la formation et la communication et Brest pour les services dédiés à la mer.

 

Deux arrêtés manquent à l’appel

Le dispositif règlementaire de l’AFB sera pour sa part bientôt finalisé. Après le décret du 26 décembre, un arrêté publié ce 4 janvier au JO entérine la nomination de Christophe Aubel au poste de directeur général. La liste des 22 membres du conseil scientifique sera diffusée le 5 janvier, avec la publication au JO d’un nouvel arrêté. Cette instance, qui regroupera notamment la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte, sera dirigée par le président du Muséum national d’histoire naturelle Gilles Bœuf. La composition exacte du conseil d’administration[2] sera par ailleurs connue dans les prochains jours.

 

Des agences régionales

En plus de fusionner 4 établissements existants (Agence des aires marines protégées, Office national de l’eau et des milieux aquatiques, Parcs nationaux de France et Atelier technique des espaces naturels), l’AFB fera des petits.

Des agences régionales de la biodiversité doivent voir le jour, en particulier pour démultiplier les financements. «L’Occitanie, le Centre Val-de-Loire et la Bourgogne Franche-Comté sont les régions les plus avancées dans la mise en place d’une agence», observe Barbara Pompili. Des structures qui ne répondront à aucune contrainte réglementaire, mais dont «la cohérence sera garantie par la signature d’une convention avec l’AFB», assure Christophe Aubel.

 

Zéro phyto depuis le 1er janvier

L’installation de l’AFB coïncide avec le lancement, ce 4 janvier, d’une campagne de communication en faveur du zéro phyto dans les collectivités. L’usage de pesticides est interdit dans les espaces publics gérés par l’Etat, les collectivités et les établissements publics depuis le 1er janvier. 203 communes sont pour l’heure labellisées ‘terre saine, commune sans pesticides’. Et les autres? La question est posée.

 

 



[1] Ademe: Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

[2] Les 43 membres sont répartis en 5 collèges décrits par le décret du 26 décembre 2016

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus