L'aéroport de Vatry poursuit sa croissance

Le 13 octobre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Vatry, aéroport situé dans les plaines champenoises, profite de l'abandon du projet de troisième aéroport francilien. Le trafic s'y développe rapidement, bénéficiant de l'isolement du site.

L'aéroport champenois de Vatry poursuit sa stratégie de développement. La plateforme, située près de Châlons-en-Champagne dans la Marne, a proposé d'accueillir les infrastructures de DHL. L'entreprise allemande de courrier express est actuellement aux prises avec les autorités belges qui hésitent à lui donner l'autorisation d'augmenter son trafic aérien de nuit sur l'aéroport de Bruxelles.

En cas d'échec des négociations, DHL semble ne pas écarter la possibilité de se délocaliser à Vatry. L'Europort champenois a des atouts qu'il sait valoriser. Situé au milieu des champs agricoles, il génère peu d'impacts sonores sur les riverains.

Selon son plan d'exposition au bruit, les zones A et B, les plus exposées aux nuisances sonores, n' indiquent aucun habitant. La zone C compte trois villages et 381 habitants. Vatry a fait valoir cet atout auprès du ministère de l'Équipement et des transports au moment du débat sur l'ouverture d'un troisième aéroport pour désengorger les plates-formes parisiennes. A 150 kilomètres de Paris, il est facilement accessible par les autoroutes A4 (Paris-Strasbourg) et A26 (Calais-Lyon).

Mais la Société d'exploitation de Vatry Europort (SEVE) a surtout mis en avant des infrastructures fonctionnant depuis quatre ans. "Le gouvernement a privilégié d'une certaine façon notre stratégie en reculant sur la création d'un troisième aéroport. Il va désormais aider les aéroports régionaux, une assistance que nous attendons avec impatience", explique Laurent Delarue, chargé de la communication de la SEVE. La société espère bien attirer sur ses 927 hectares de réserves foncières une partie du fret parisien. Orly et Roissy réceptionnent aujourd'hui 1,5 million de tonnes de fret par an sur un volume total national de 1,8 million. "En fait, 30 % des vols de Roissy et d'Orly sont affectés au fret et nous travaillons pour détourner une bonne partie de ces cargaisons vers notre aéroport", poursuit Laurent Delarue.

En octobre 2004, Vatry a déjà reçu 12.000 tonnes de fret, contre 8.700 en 2003. Et 2003 avait été marqué par une croissance de 70 % par rapport à 2002. L'accueil de passagers se développe également. L'inauguration le 21 octobre 2004 de la nouvelle aérogare de Vatry devrait accélérer le mouvement. Le bâtiment d'accueil provisoire, mis en service l'an dernier, a déjà accueilli 7.800 passagers en 2004, contre 1.600 l'an dernier. La SEVE a octroyé une ligne hebdomadaire entre Vatry et Izmir (Turquie) à une agence de voyages. Elle pense à terme pouvoir drainer des voyageurs dans un rayon d'une heure, soit près de 800.000 personnes. L'Union francilienne contre les nuisances aériennes (Ufcna) voit dans Vatry plus qu'une simple solution aéroportuaire locale. Elle souhaite que l'aéroport champenois serve à alléger le trafic des passagers d'Orly et de Roissy. "Mais il faut d'ores et déjà que les autorités locales prennent des mesures pour interdire la construction de logements à 25 kilomètres autour de Vatry, voire pour que les terres agricoles ne soient plus cultivées à cause de la pollution", affirme Daniel Lacambre, président du Collectif-Orly.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus