L’AE épingle l’empreinte environnementale du SDRIF

Le 14 mars 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le nouveau Sdrif imagine la région à l'horizon 2030
Le nouveau Sdrif imagine la région à l'horizon 2030

Le Projet de schéma directeur régional d’Ile-de-France (SDRIF) à l’horizon 2030, élaboré par la région en collaboration avec l’Etat, va devoir être reformulé. Dans un avis publié ce 14 mars, l’Autorité environnementale a en effet conclu que son empreinte doit être allégée.

Les objectifs du SDRIF, qui remplace celui de 1994, sont certes ambitieux: réalisation du réseau de transport du Grand Paris Express, construction de 70.000 nouveaux logements par an, création annuelle de 28.000 emplois,

Mais l’Autorité, qui surveille leur évaluation environnementale, a conclu que le projet aurait pour conséquence de grignoter 1.800 hectares par an de territoires ruraux et naturels . «Ce rythme représente une consommation nette de 0,2% par an du capital actuel, non renouvelable, d’espaces agricoles, forestiers ou naturels», écrit-elle.

Soucieuse du réchauffement climatique, l’AE ajoute que les émissions de gaz à effet de serre risquent d’évoluer dans un sens contraire au Facteur 4 d’ici 2050.

Elle recommande donc à l’Etat et à toutes les collectivités concernées par l’aménagement de l’IDF, de faire de la réduction de l’empreinte environnementale du modèle de développement urbain régional «une priorité explicite de rang élevé».

Après le temps des avis, le projet de SDRIF sera soumis à une enquête publique entre le 28 mars et le 30 avril 2013. L’occasion pour la région de préciser les conséquences environnementales de son projet. Et de revoir sa copie.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus