L’ADN environnemental, nouvel outil pour la biodiversité

Le mercredi 31 août 2016 à 17h 47 par Romain Loury
La faune aquatique sème son ADN
La faune aquatique sème son ADN
DR

Les techniques d’«ADN environnemental», qui consistent à effectuer un séquençage génétique sur un échantillon d’eau de rivière, pourraient bien révolutionner l’évaluation de la biodiversité aquatique. Moins fastidieuses que le piégeage classique, elles apportent une vision plus complète de la diversité d’espèces présentes, révèle une étude publiée dans Nature Communications.

Extrait : Que ce soit par des cellules, des fragments de tissu, des cellules reproductrices ou des excréments, les animaux ne cessent de semer leur ADN dans leur environnement. D’où l’idée, très en vogue parmi les chercheurs en écologie,...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus

A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus