L’Ademe vante les mérites de l’éco-conception

Le 10 octobre 2007 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Ademe lance en novembre son deuxième appel d’offres de projets éco-conçus, continuant à espérer qu’il aura un effet d’entraînement pour l’ensemble des industriels français.

Comment produire et commercialiser des produits moins nocifs pour l'environnement? En misant sur l'éco-conception, dont «le but est de réduire les impacts environnementaux d'un produit tout au long de son cycle de vie», a rappelé Michèle Pappalardo, présidente de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), lors d'une conférence de presse consacrée au sujet. Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, Philippe Joffard, président de Lafuma, et Luc-Alain Dohan, directeur recherche et technologie du groupe Seb, étaient présents.



En 2004, l'Ademe a lancé un appel à projets pour des travaux de recherche en éco-conception. L'opération visait à réduire l'impact écologique des matériaux utilisés dans la production d'un produit mais aussi de son transport et de son recyclage en fin de vie.

Sur 100 candidatures, 18 projets –7 portant sur de nouvelles technologies et 11 sur des méthodologies d'éco-conception– avaient été retenus et subventionnés à hauteur de 1,2 million d'euros.

Ainsi, Seb a pu éco-concevoir un aspirateur en polypropylène, qui facilite le recyclage de l'appareil en fin de vie et divise sa masse par deux, ce qui limite l'utilisation de matière première. Chronopost a revu le mode de livraison de son enveloppe Chronopass classic France métropolitaine pour réduire de 13 tonnes par an la quantité de gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère. Somaro Prosign, fabricant de signalisation routière, a lancé une peinture routière à base de coquilles d'huîtres broyées.

Pour tenter de généraliser une pratique qui demeure embryonnaire, l'Ademe compte sur «un effet d'enchaînement dans l'industrie» et relance un appel d'offres au mois de novembre prochain, auquel 1,5 million d'euros sera consacré. 25 projets seront cette fois sélectionnés. L'agence a aussi mis en ligne (1) le logiciel Bilan produit, qui doit permettre aux entreprises de se lancer plus facilement dans l'éco-conception.

Reste la question du signalement, pour le consommateur, des produits éco-conçus. Il suppose un double étiquetage dans les rayons des distributeurs, et rejoint donc le thème de l'étiquette énergie, débattue au sein du groupe 6 du Grenelle de l'environnement. Cette deuxième étiquette pourrait signaler les produits consommateurs d'énergie. «On n'évitera pas l'étiquette carbone-produit, a affirmé Jean-Louis Borloo. Mais je ne sais pas si cela se fera à l'issue du Grenelle de l'environnement ou non».



(1) http://www.ademe.fr/bilanproduit




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus