L'Ademe présente sa nouvelle feuille de route

Le 22 décembre 2006 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ademe
ademe

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a présenté jeudi 21 décembre le nouveau contrat d'objectifs 2007-2010 entre l'Etat et l'Ademe. Priorité: le développement des énergies renouvelables thermiques. Avec un budget en hausse.

«De la haute couture…au prêt à porter»: la formule de Michèle Pappalardo, la présidente de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe),  pour qualifier l'évolution de son agence peut porter à confusion. A compter du 1er janvier 2007, c'est bien un crédit supplémentaire de 30 millions d'euros sur les 310 millions d'euros du budget 2006 (1) que ses trois ministères de tutelle (écologie, industrie, recherche) accorderont à l'Ademe, contrairement à ce qui avait été annoncé lors de la présentation du budget du ministère chargé de l'environnement le 27 septembre dernier.

Deux règles régiront la période 2007-2010: le renforcement des capacités d'expertise et des interventions financières plus ciblées. «En 2003, le budget de fonctionnement était en net déséquilibre, explique Michèle Pappalardo. Notre budget de fonctionnement a retrouvé son équilibre sur les deux derniers exercices. Grâce à un effort particulier des ministères de tutelle, à une rigueur et des économies sur les frais de fonctionnement».

Avec le doublement du budget consacré au développement de la production de chaleur d'origine renouvelable (qui passe de 20 à 40 millions d'euros), l'accent est clairement mis sur la maîtrise de l'énergie et l'objectif du facteur 4 (diviser par quatre d'ici 2050 le volume des émissions de gaz à effet de serre de la France). Les crédits supplémentaires seront également attribués au développement des espaces infos énergies, dits EIE (1), mais également à l'information des professionnels du bâtiment et à la sensibilisation du grand public.

Selon Nelly Olin, la ministre en charge de l'environnement, «c'est une véritable fiscalité écologique qui est mise en place» pour financer les crédits supplémentaires, et en particulier,  la création d'une taxe sur le charbon courant 2007 ainsi que l'augmentation de 10% de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), comme annoncée par Dominique de Villepin début novembre.

La ministre a également tenu à rappeler qu'au-delà de la dimension prioritaire du changement climatique et de la maîtrise de l'énergie, l'Ademe est également investie d'enjeux d'importance comme la qualité de l'air, les déchets et sols pollués. Aucun crédit supplémentaire ne leur sera néanmoins alloué.

En outre, l'Ademe compte, sur les quatre années à venir, intensifier ses actions concernant l'animation de la recherche et de l'innovation, notamment par la définition et la mise en oeuvre de 10 programmes de recherche principaux (de la recherche au développement industriel), la fonction d'observation sur tous les domaines d'interventions et l'évaluation de ses actions avec la mise en place de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres).

L'ambition de l'Ademe? «Etre l'outil de l'Etat ainsi que l'interlocuteur naturel et le partenaire de référence du grand public, des entreprises et des collectivités territoriales pour aider à la diffusion et à la généralisation des bonnes pratiques», conclut Michèle Pappalardo. «Une extraordinaire boîte à malices», ponctue Nelly Olin.



(1) Le budget 2007 s'élève à 340 millions d'euros,  frais d'intervention et de fonctionnement inclus

(2) Voir l'article du JDLE intitulé «Le Réseau info énergie renforce ses troupes»





A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus