L’acidité revigore les salmonelles

Le 04 juillet 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les salmonelles aiment l'acidité
Les salmonelles aiment l'acidité

La virulence et la survie des salmonelles dans l’organisme sont dues à l’acidité environnante, selon un mécanisme moléculaire que décrivent deux chercheurs américains dans la revue Nature.

Une fois dans l’organisme, les salmonelles trouvent refuge dans les macrophages, cellules-clés du système immunitaire, plus précisément dans les phagosomes qui en constituent un compartiment. Elles y baignent dans un milieu légèrement acide, qui permet leur survie et leur prolifération.

La baisse du pH qu’elles subissent à l’entrée dans le phagosome réactive chez elles le gène de virulence mgtC, par un phénomène qu’Eu-Jin Lee et Eduardo Groisman, de l’Howard Hughes Medical Institute (New Haven, Connecticut) viennent de découvrir chez Salmonella enterica.

Interrogé par le magazine américain Food Safety News, Eduardo Groisman indique que ses prochains travaux viseront à inhiber l’induction de mgtC par l’ATP, dans l’objectif ultime, mais lointain, d’un médicament.

Un tel traitement pourrait théoriquement être efficace contre d’autres pathogènes, dont le bacille de la peste Yersinia pestis, l’agent de la brucellose Brucella suis, et même celui de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis. Tous possèdent en effet un gène mgtC, tout aussi nécessaire à leur survie après infection de l’hôte.

[1] Les gènes, constitués d’ADN, sont d’abord transcrits en ARN messagers (ARNm), qui seront ensuite traduits en protéines. L’expression d’un gène s’effectue donc en deux étapes: transcription, puis traduction.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus