- 

L'A380, présentation d'un avion écologique

Le 19 janvier 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
AIRBUS - A380 Reveal
AIRBUS - A380 Reveal

Le nouvel avion commercial d'Airbus affiche des performances environnementales plus satisfaisantes que son concurrent le Boeing 747-400. Néanmoins, sa commercialisation s'inscrit dans le cadre d'une hausse du trafic aérien, même si sa forte capacité - 550 passagers - a vocation à ralentir le nombre de vols. Airbus a lors de la présentation mis en avant les caractéristiques écologiques de ce nouveau fleuron aéronautique européen.

L'A380 fait mieux que ses concurrents et que les modèles précédents d'Airbus (chiffre d'affaires de 20 milliards d'euros): il consomme moins, avec une moyenne légèrement inférieure à 3 litres de kérosène par siège et pour 100 km, alors que le Boieng 747-400, son concurrent direct atteint les 3,4 l/passager/100 km. Cela implique une diminution de l'émission de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre. Cette diminution est due à l'utilisation de matériaux composites, ainsi qu'à l'équipement d'un caisson de voilure en CFRP (Carbon fibre reinforced plastic) qui représente un gain de masse de près de 1,5 tonne par rapport aux alliages d'aluminium les plus avancés. De plus, l'A380 émet moins de polluants, notamment de NOx et du SO2. Les moteurs qui seront montés sur l'avion sont encore en cours de certification, mais Airbus assure que les niveaux de NOx devraient être conformes à ceux applicables en 2008. Décidés par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) en 2004, les niveaux seront 12% inférieurs aux valeurs actuelles.

Dernier atout: l'A380 peut embarquer plus de passagers avec ses 550 places et donc contribuer à ralentir l'augmentation du nombre de vols commerciaux. Cela réduit notamment les impacts sonores. D'ailleurs cette nuisance a été prise en compte dans le développement technique de l'appareil. Ainsi, Airbus a mis au point un nouveau type de revêtement acoustique pour les nacelles. Un cylindre parfaitement lisse appelé "zero splice" et  fabriqué en une seule pièce -contrairement à la fabrication classique en deux ou trois panneaux - permet d'éliminer la perturbation acoustique due aux jointures des différents panneaux de revêtement. Malgré sa masse significativement plus élevée que l'A340-600 (presque 200 tonnes de plus), l'A380 a lors du décollage un niveau de bruit légèrement plus faible que ce dernier et répond largement aux normes définies par l'OACI.

Seulement la commercialisation s'appuie sur une multiplication par trois du nombre de passagers dans le monde d'ici 20 ans. Un rapport du groupe intergouvernemental pour l'étude du changement climatique (Giec) estime que l'augmentation de 5% de demande de transports aériens constatée entre 1980 et 1995 devrait se maintenir jusqu'en 2015. Selon Michel Hubert, de l'Institut français de l'environnement (Ifen) dans le numéro de novembre 2004 des Données de l'environnement, «les gains d'efficacité énergétique ne semblent pas suffisants pour empêcher une hausse significative de l'impact climatique du transport aérien.» En 2000, elle représentait environ 2,5% des émissions mondiales, avec 550 millions de tonnes de CO2 rejetées. Toujours selon la même étude de l'Ifen, les émissions de CO2 due à l'aviation civile devrait être multipliées par 2,4 d'ici 2030. D'ailleurs l'Union européenne réclame depuis plusieurs années et sans succès une taxation internationale du kérosène.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus