Justice climatique: les décisions se suivent mais ne se ressemblent pas

Le 14 janvier 2020
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les militants romands ont été acquittés, pas les lyonnais.
Les militants romands ont été acquittés, pas les lyonnais.
Lausanne Action Climat

 

 

Relaxés à Genève, les militants pro-climat sont (légèrement) condamnés à Lyon.

 

La semaine judiciaire avait bien commencé pour les activistes du climat. Ce lundi 13 janvier, le tribunal de police de Lausanne (Suisse) jugeait une douzaine de militants. Ces derniers avaient envahi une agence du Crédit suisse, en 2018, pour dénoncer les investissements de la banque dans le domaine des énergies fossiles.

Poursuivis par les autorités helvétiques, qui entendaient les condamner à plusieurs dizaines de milliers d’euros chacun, les militants ont échappé au pire. Le juge Philippe Colebough a acquitté les prévenus, invoquant l’état de nécessité licite. Le magistrat a estimé que l’action des associatifs était «nécessaire et proportionnée» au vu de l’urgence climatique. Le procureur général a fait appel de la décision.

laxisme climatique

Il ne sera certainement pas suivi par les magistrats de la cour d’appel de Lyon. Cette dernière a condamné, mardi 14 janvier, à des peines d’amende, fermes ou avec sursis, huit «décrocheurs» de portrait présidentiel, dont deux activistes qui avaient été relaxés en première instance.

Ces militants décrochaient le portrait d’Emmanuel Macron figurant dans les mairies pour protester contre le laxisme climatique du gouvernement.