Jusqu’à 17 réacteurs nucléaires fermés en 2025, promet Nicolas Hulot

Le 10 juillet 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
8 ans pour fermer jusqu'à 17 centrales.
8 ans pour fermer jusqu'à 17 centrales.

Promesse de Gascon ou engagement de Breton? Nicolas Hulot, se basant sur les estimations basses de la Cour des comptes, assure que jusqu’à 17 réacteurs nucléaires pourraient être arrêtés définitivement en 2025.

Pas de nom de site. Un horizon fixé à 2025. Pourtant, la déclaration de Nicolas Hulot s’engageant à fermer «peut-être jusqu’à 17» réacteurs nucléaires pour permettre la transition énergétique à l’horizon 2025 a ravi les organisations écologistes. Car voici matérialisée la promesse de diminuer de 75 à 50% la part du nucléaire dans le mix énergétique français, conformément à la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique. «Pour la première fois, on a un chiffre, et un gouvernement qui brise le dogme de la non-fermeture», a résumé Charlotte Mijeon, une des porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, à l’AFP. «Ne boudons pas notre plaisir, c'est la première fois qu'un ministre avance un chiffre. Maintenant, faire face aux lobbies et passer à l'acte!», a prévenu Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace France.

Hasard du calendrier: l’ASN vient de lancer la consultation publique sur son projet d’avis sur l’anomalie de la composition de l’acier du fond et du couvercle de la cuve du réacteur EPR de la centrale nucléaire de Flamanville.

Fourchette basse de l’estimation

D’où sort ce chiffre de 17 réacteurs? Du chapitre II du rapport public annuel de la Cour des comptes 2016, intitulé «La maintenance des centrales nucléaires: une politique remise à niveau, des incertitudes à lever». Les juges de la rue Cambon estimaient alors qu’«à hypothèses constantes de consommation et d’exportation d’électricité à horizon 2025, l’objectif fixé par la loi aurait pour conséquence de réduire d’environ un tiers la production nucléaire, soit l’équivalent de la production de 17 à 20 réacteurs». Ces estimations croisent celles d’un rapport d’information du Parlement en 2014, consacré au coût de la fermeture anticipée de réacteurs nucléaires, qui estimait à une vingtaine le nombre de réacteurs à fermer à horizon 2025.

Fermer les moins puissants, en fermer plus

S’engager, au moins verbalement, à en fermer 17 est donc une hypothèse basse. Et ce d’autant plus si les réacteurs finalement désignés pour la fermeture sont ceux qui ont été mis en service les premiers, car leur puissance est inférieure à celle des plus récents. En outre, la France est lancée dans une démarche de sobriété énergétique et sa consommation d’énergie finale devrait être divisée par deux à horizon 2050.

Caréner ou fermer, il faut choisir

2025, c’est l’année où est censé s’achever le ‘Grand carénage’: ce programme à 100 milliards d’euros, selon la Cour des comptes, vise à prolonger le parc au-delà des 40 ans pour lesquels les 58 réacteurs français ont été conçus. Engager EDF dans cette rénovation homérique, c’est mettre davantage encore l’énergéticien en difficulté financière. Les promesses de Nicolas Hulot tiendront-elles au-delà du (premier) mandat d’Emmanuel Macron, qui s’était engagé à suivre l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) , qui devrait intervenir en 2019? Et si l’ASN concluait à une prolongation des centrales les plus anciennes, le gouvernement irait-il à rebours de cet avis ou fermerait-il d’autres installations? Beaucoup de questions, auxquelles le ministre de l’écologie espère répondre en prônant une transition volontaire et accompagnée. «Derrière ces réacteurs, il y a des hommes et des femmes qui travaillent. (…) Je vais planifier cette transition et à mesure que nous allons baisser notre consommation, diversifier notre production, nous allons fermer un certain nombre de réacteurs.» 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus