Jean-Louis Borloo devrait augmenter les tarifs d’électricité

Le 25 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les tarifs réglementés de l'électricité, qui ont déjà connu en août leur plus forte hausse pour les ménages depuis 2003 (3 %), devraient à nouveau augmenter de 3 à 4 % au début de l'année prochaine. Vendredi 22 octobre, le gouvernement a accepté le vote d’un amendement au projet de loi de finances 2011 prévoyant une telle hausse. Présenté par deux députés UMP, Gilles Carrez et Michel Diefenbacher, ce texte permet de relever la contribution au service public de l’électricité (CSPE), payée par chaque consommateur, qui finance notamment le rachat de l'électricité d’origine renouvelable ou produite par des centrale à cogénération.

 

Le gouvernement a confirmé lundi qu'une hausse des tarifs réglementés de l'électricité, pouvant dépasser les 3 %, était envisagée début 2011. « Cela peut être une augmentation et, en toute hypothèse, elle est plafonnée à 0,3 centime par kilowatt/heure  » (soit 3 €/MWh), a indiqué la ministre de l'économie, Christine Lagarde, sur Europe 1. « C'est Jean-Louis Borloo qui a la responsabilité de cette affaire-là », a-t-elle ajouté. Les tarifs réglementés de l'électricité pour les particuliers (tarifs bleus) sont actuellement fixés à 93,1 €/MWh. Une hausse de 3 € correspondrait donc à 3,22 % d'augmentation de la facture pour les ménages.

 

Début octobre, les députés Michel Diefenbacher (UMP) et Jean Launay (PS) avaient rendu un rapport proposant d'augmenter la CSPE de plus de 40 %. Selon eux, la hausse de la facture devait rester « relativement limitée, de l'ordre de 3 % » dans le but d'alléger le coût pour EDF du rachat de l'électricité solaire. La puissance du parc de panneaux solaires français a été multipliée par 10 en deux ans, passant de 81 mégawatts crête (MWc), fin 2008, à 850 MWc fin 2010. En achetant l'électricité solaire, EDF accuse un surcoût, qui lui est normalement remboursé via la CSPE. Mais le niveau de la taxe, qui n'a pas bougé depuis 2004, est depuis quelques années insuffisant, et EDF accusait en 2009 un déficit de 1,6 milliard € dans ses comptes.

Le 15 août, les tarifs avaient été augmenté de 4 à 5,5 % pour les entreprises.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus