Japon: la baisse des émissions du pays sera virtuelle

Le 18 avril 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Japon compte faire marcher à fond la «planche aux quotas de carbone» pour rester dans les clous de la première phase du protocole de Kyoto (2008-2012). Le pays est censé parvenir à une réduction de 6% de ses émissions de CO2 d’ici 2012, par rapport au niveau de 1990. En 2005, elles avaient augmenté de 6%. L’archipel va donc devenir l’un des principaux acheteurs de quotas d’émission de CO2. Il en a déjà acheté 23 millions ces deux dernières années et compte en acheter 77 millions supplémentaires d’ici 2012. Ces quotas seront fournis soit via des mécanismes de développement propre (MDP), soit par l’achat de quotas d’émission russes. Ce pays, qui a un objectif de 0% de hausse de ses émissions, a enregistré une baisse de 28,7% depuis 1990.

Les producteurs d’électricité japonais devront aussi acheter des «valeurs carbone», car les 120 millions de quotas qu’ils avaient mis de côté ne suffiront pas à compenser la hausse prévue des émissions de leur secteur d’activité. Ainsi, la Tokyo electric power company (Tepco) devra recourir à des centrales thermiques. La faute à la fermeture de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus grosse centrale nucléaire du monde, suite à un tremblement de terre en juillet dernier. Les producteurs d’électricité devront donc acheter 36 millions d’unités de réduction des émissions (URE) en finançant des mécanismes de développement propre.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus