Japon: des véhicules moins polluants

Le 01 mars 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
habitacle
habitacle

L'association des constructeurs automobiles japonais (Jama) vient d'annoncer un accord volontaire de réduction des émissions de composés organiques volatils (Cov) dans l'habitacle des véhicules.

A partir de l'année fiscale 2007, les véhicules particuliers fabriqués et vendus sur le territoire japonais devraient atteindre des valeurs cibles concernant 13 substances chimiques, incluant le formaldéhyde, le toluène et le xylène (1). Un autre accord concernant les autres types de véhicules (poids-lourds, bus et véhicules utilitaires) est en cours, et devrait être annoncé d'ici la fin 2005. Ces accords impliquent de nombreux constructeurs japonais dont Honda, Mitsubishi, Nissan, Suzuki et Toyota, ainsi que le ministère japonais de la santé, du travail, et du bien-être (MHLW).

Ce dernier mène depuis quelques années de nombreuses actions sur le "syndrome de la maison malade" (2), principalement dans le bâtiment. Il s'agit de la contamination de l'air intérieur par des polluants toxiques, à l'origine de maux de tête, et d'irritation du nez et des yeux. Outre le développement de matériaux sains, le Japon fait de nombreuses recherches sur ce symptôme apparu vers 1995 et qui toucherait un Japonais sur dix. Les Cov sont les principales molécules ciblées par l'action publique car certains composés sont cancérigènes.

De nombreuses sources de Cov sont également présentes à l'intérieur des véhicules. Ainsi, les mousses isolantes, peintures et colles contiennent des solvants organiques émetteurs de Cov. Considérant que l'intérieur des véhicules fait partie de l'espace résidentiel, l'association Jama va bientôt proposer une méthode appelée "Approche volontaire pour la réduction des Cov dans l'habitacle des véhicules". Elle consiste à éliminer l'utilisation des solvants organiques ou à les remplacer par des solvants non organiques, comme l'eau.



(1) : les 13 Cov listés par le ministère japonais chargé de la santé sont le formaldéhyde, le toluène, le xylène, la paradichlorobenzène, l'éthylbenzène, le styrène, le chloropyrifos, le di-n-butyl phtalate, le tétradécanol, le di-2-éthylhexyl phtalate, le diazinon, l'acétaldéhyde et le fénobucarb

(2) : "The sick house syndrome" en anglais




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus