Japon: de l'amiante dans l'automobile

Le 06 janvier 2006 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'association des constructeurs automobiles japonais a avoué que des pièces de véhicules avaient été conçues avec de l'amiante encore récemment au Japon. Nissan Motor confirme que l'un de ses fournisseurs est allé à l'encontre des normes demandées.

Selon le Japan Times, l'association des constructeurs automobiles japonais (Toyota, Suzuki, Nissan, Mitsubishi ou Yamaha) a annoncé récemment que tous les constructeurs automobiles avaient utilisé des composants contenant de l'amiante pour la construction de 1,64 million de voitures, camions, moto et autres véhicules entre 1996 et novembre 2005. Seul Honda Motor se distingue: la compagnie n'en a pas utilisé. Le gouvernement japonais a interdit la production et la fabrication de certaines pièces automobiles avec de l'amiante depuis le 1er octobre 2004. Selon l'association, il n'y aurait pas de risques sanitaires puisque la fibre est mélangée à de la résine, enfermée dans les joints ou contenue dans les garnitures des moteurs. Aucune entreprise ne devrait rappeler ses véhicules.

Chez Nissan France, renseignements pris auprès de ses correspondants japonais, on indique que Mahle Tennex, un équipementier, a informé le 26 septembre 2005 avoir fourni à Nissan Motor des pièces contenant de l'amiante. Elles ont équipé 165.804 véhicules, en particulier des utilitaires, produits au Japon et à destination de ce marché entre 1995 et 1999. Pourtant, Nissan avait demandé dès septembre 2004 à ses fournisseurs de se conformer à des règles standard de qualité appelées «Nissan engineering standard», qui interdisait l'utilisation de l'amiante pour l'ensemble des pièces. L'entreprise avait d'ailleurs assuré que les véhicules étaient fabriqués sans amiante à la fin de l'année 2004. Suite à la révélation de Mahle Tennex, Nissan affirme mener une étude approfondie auprès de ses différents fournisseurs afin de vérifier leur conformité avec les normes attendues par le groupe.

Dans les véhicules de Nissan, l'amiante était contenu des pièces d'étanchéité des filtres à air et dans les systèmes de refroidissement à huile, représentant toutefois quasiment aucun danger de dispersion, selon Nissan. Une affirmation qui rejoint celle de l'association des constructeurs automobiles japonais. Cependant, toutes ces pièces restent un danger pour les garagistes qui les manipulent sans aucune protection et surtout les ferrailleurs qui démontent et commercialisent les pièces des véhicules usagés.






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus