Ivoire: le marché chinois fermé en 2017

Le 02 janvier 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un tiers d'éléphants en moins en 10 ans
Un tiers d'éléphants en moins en 10 ans
DR

En 2017, la Chine mettra fin à tout commerce légal d’ivoire sur son territoire, actuellement le principal moteur de braconnage des éléphants d’Afrique, a annoncé le Conseil d’Etat le 30 décembre 2016. Un tournant historique, selon les associations.

Cette mesure d’interdiction prendra effet à compter du 31 mars 2017, et s’étendra progressivement à tous les opérateurs chinois, avec une interdiction totale au 31 décembre 2017, a annoncé le Conseil d’Etat.

Elle fait suite à la 17ème conférence des parties de la Cites[i], qui s’est déroulée en octobre 2016 à Johannesburg, au cours desquels les pays, dont la Chine, se sont engagés à envisager la fermeture de leur marché domestique s’il était avéré que celui-ci encourageait le trafic d’ivoire.

Une chance pour l’éléphant

En mars 2016, la Chine avait déjà fortement restreint les importations d’ivoire légal, elles aussi considérées comme un stimulant du braconnage. La fermeture du marché domestique met définitivement fin à ce commerce légal, dénoncé par de nombreuses associations.

Selon le président du WWF en Chine, Lo Sze Ping, «la fermeture du plus grand marché domestique légal d’voire au monde incitera les gens, en Chine et ailleurs, à cesser d’en acheter et rendra plus difficile la vente par les trafiquants de leurs stocks illégaux».

Marché presque fermé aux Etats-Unis et en France

Autre plaque tournante, les Etats-Unis ont fermé, de manière quasi-totale, leur propre marché domestique d’ivoire début juillet 2016. Celui-ci reste ouvert, de manière très restreinte, aux instruments de musique et à certains objets ne contenant pas plus de 200 grammes d’ivoire, ainsi qu’aux objets datant de plus d’un siècle.

En France, le commerce est aussi illégal depuis août 2016, avec des dérogations au cas par cas pour les antiquités. Fin décembre 2016, Hong Kong, également une destination importante du trafic, s’est engagé à fermer son marché d’ici 2021.

Du fait du braconnage, les populations d’éléphants d’Afrique ont connu une forte chute: le continent comptait environ 350.000 individus en 2014, soit un tiers de moins qu’en 2007. Malgré quelques avancées en octobre à Johannesburg, les pays ont échoué à intégrer l’ensemble des populations à l’annexe 1 de la Cites, la plus protectrice.



[i] Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus