- 

Italie: hausse des taxes sur les carburants

Le 23 février 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bus
Bus

Le 18 février, le ministre italien chargé de l’environnement, Altero Matteoli, a annoncé une hausse des taxes sur les carburants afin de financer le renouvellement du parc de bus publics et lutter ainsi contre la pollution.

C'est lors du conseil des ministres du 18 février dernier que le ministre chargé de l'environnement a annoncé l'adoption d'une loi (decreto- legge) instaurant une taxe de 0,05 centime d'euro sur l'essence et de 0,1 centime sur le gasoil pour lutter contre la pollution atmosphérique. L'Italie connaît depuis plusieurs années une situation critique en terme de qualité de l'air. Depuis le début 2005, les principales villes de la péninsule ont ainsi enregistré, pratiquement tous les jours, des taux de pollution atmosphérique dépassant les seuils d'alerte. Les autorités municipales de Rome ou des villes situées dans le nord du pays -- Milan, Bologne ou Turin -- ont même dû interdire à plusieurs reprises la circulation ou ont instauré la circulation alternée.

Les fonds récupérés grâce à l'instauration de cette nouvelle taxe devraient atteindre 350 millions d'euros. Cette somme sera en partie utilisée pour renouveler le parc de bus publics, jugés trop polluants. «Un bus pollue 100 fois plus qu'une voiture», a déclaré le ministre. «Le renouvellement de notre flotte est donc un premier pas vers la diminution de la pollution de l'air dans nos villes.» Le ministre a, par ailleurs, confirmé que le groupe de travail réunissant le gouvernement et les communes italiennes sur le problème de la pollution de l'air serait convoqué d'ici une dizaine de jours, afin d'avancer sur le dossier.

De leur côté, les Verts ne s'estiment pas satisfaits par cette mesure. «Après avoir reconnu le caractère urgent du problème de la pollution atmosphérique avec un retard coupable, le gouvernement adopte une mesure "cache-misère" pour faire face à la situation», déclare Alfonso Pecoraro Scanio, président de la formation  écologiste «Le soleil qui rit». «Le gouvernement ferait mieux de récupérer les fonds destinés à certains projets pharaoniques, comme le pont de Messine, inutile et nocif, pour les mettre au profit d'un plan national de mobilité urbaine. Il faudra bien plus que cette simple taxe pour rendre nos services publics de transports écologiques efficaces et rapides.» Même son de cloche du côté de l'association écologique Legambiente. «Il s'agit certes d'un premier pas», reconnaît Ermete Realaci, président honoraire de Legambiente. «Mais la mesure adoptée n'est pas vraiment à la hauteur du problème. En outre, nous aimerions être certains que ces fonds seront véritablement utilisés pour lutter contre la pollution et ne seront pas perdus dans le maelström de la fiscalité (1).»

Le ministre Altero Matteoli a soutenu que ces nouvelles taxes n'auraient aucun impact sur le prix de l'essence à la pompe. Une déclaration confortée par le président de l'Union des pétroliers, Pasquale De Vita, qui a confirmé que les compagnies pétrolières ne transfèreraient pas la hausse de la taxe sur les prix des carburants. «Les compagnies absorberont cette hausse dans leurs marges.» Pour leur part, les associations de défense de consommateurs ont affirmé qu'elles resteraient vigilantes et dénonceraient sans détour toute augmentation des prix.



(1) Les taxes sur les carburants sont une composante du prix des carburants que l'Etat prélève pour financer différents projets. Au total, l'ensemble des taxes s'élève aujourd'hui à 0,25 euro par litre. Et aujourd'hui encore, une partie de ces taxes sert à financer la guerre d'Abyssinie de 1935, une autre la crise de Suez de 1956, une autre l'inondation de Florence en 1966, ou encore le tremblement de terre de la région du Friuli de 1976. Parmi les causes les plus récentes financées par les taxes sur l'essence, on retrouve la mission en Bosnie de 1996. Au total, on comptabilise ainsi 10 taxes sur les carburants qui s'accumulent depuis les années 30.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus