Iode: la Hongrie suspectée

Le 17 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La source de l'émission d'iode 131, détecté le 11 novembre dans l'atmosphère de plusieurs pays européens dont la France, a été identifiée, a annoncé ce 17 novembre l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un communiqué.??
 
L'AIEA a été informée par l'autorité de l'énergie nucléaire de Hongrie que l'iode 131 détecté dans l'atmosphère en Europe était probablement dû à une fuite provenant de l'Institut des Isotopes, situé à Budapest. Cet institut produit des isotopes pour les traitements médicaux, la recherche et l’industrie.
 
L'agence onusienne a rappelé que les différents niveaux d'iode mesurés dans l'atmosphère en République tchèque et dans d'autres pays d'Europe, ne présentaient pas de danger pour la santé de la population: les niveaux d'iode 131 détectés sont extrêmement bas??
 
L'élévation du niveau d'iode correspondrait à une exposition de 0,01 microsievert (mSv) si elle se maintenait sur un an, or l'exposition moyenne à la radioactivité ambiante est de 2.400 mSv par an, a rappelé l'AIEA.??
 
L'institut concerné à Budapest a admis avoir récemment émis des quantités plus importantes d'iode 131 que d'habitude, mais a nié être l'origine de la radioactivité anormalement élevée.??
 
Selon l’organisme, explique Jérôme Joly de l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les émissions de radionucléides seraient conformes à son autorisation d’exploitation.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus