Iode: la Hongrie suspectée

Le 17 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La source de l'émission d'iode 131, détecté le 11 novembre dans l'atmosphère de plusieurs pays européens dont la France, a été identifiée, a annoncé ce 17 novembre l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un communiqué.??
 
L'AIEA a été informée par l'autorité de l'énergie nucléaire de Hongrie que l'iode 131 détecté dans l'atmosphère en Europe était probablement dû à une fuite provenant de l'Institut des Isotopes, situé à Budapest. Cet institut produit des isotopes pour les traitements médicaux, la recherche et l’industrie.
 
L'agence onusienne a rappelé que les différents niveaux d'iode mesurés dans l'atmosphère en République tchèque et dans d'autres pays d'Europe, ne présentaient pas de danger pour la santé de la population: les niveaux d'iode 131 détectés sont extrêmement bas??
 
L'élévation du niveau d'iode correspondrait à une exposition de 0,01 microsievert (mSv) si elle se maintenait sur un an, or l'exposition moyenne à la radioactivité ambiante est de 2.400 mSv par an, a rappelé l'AIEA.??
 
L'institut concerné à Budapest a admis avoir récemment émis des quantités plus importantes d'iode 131 que d'habitude, mais a nié être l'origine de la radioactivité anormalement élevée.??
 
Selon l’organisme, explique Jérôme Joly de l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les émissions de radionucléides seraient conformes à son autorisation d’exploitation.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus