Interpol à la poursuite de 7 criminels de l’environnement

Le 05 juin 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Wanted
Wanted

L’organisation mondiale de police criminelle a lancé, le 4 juin, un nouvel appel à témoins planétaire contre 7  trafiquants d’espèces menacées.

Wanted. C’est la seconde fois, en 5 ans, que l’organisation de coopération policière internationale lance un appel à témoins mondial en matière d’environnement. Cet appel  vise 7 trafiquants identifiés par la Chine, le Kenya, la Grèce, et l’Eswatini (ex-Swaziland). Dans le dossier des policiers: trafic d’espèces protégées, trafic illégal de trophées de chasse et crime organisé, exploitation illégale de bois, et crimes contre la faune. Du lourd.

Entre 100 et 300 milliards de dollars

«Nous savons que les crimes contre l’environnement génèrent d’énormes sommes d’argent, entre 100 et 300 milliards de dollars par an (entre 88 et 266 Md€)», a déclaré à l’AFP Tim Morris, le directeur exécutif de l’organisation. Au total, il existe 50.000 fugitifs de cette importance, fichés par une notice rouge d’Interpol. «Pourquoi ne pas mettre la communauté mondiale à contribution?», questionne Tim Morris.

A suivre

Ce procédé est extrêmement rare. Il y a 11 ans, Interpol avait lancé un appel à témoins en matière de pédophilie. Un appel qui avait donné lieu à l’arrestation en Thaïlande d’un enseignant canadien, condamné ensuite pour avoir enlevé et abusé d’un enfant mineur. A l’avenir, plusieurs appels pourraient être actionnés chaque année.

L’institution basée à Lyon, avait récidivé, en 2014, en lançant un appel au public afin de l’aider à retrouver 9 malfaiteurs responsables de crimes environnementaux, dont 3 Européens.

Dans son communiqué, Interpol rappelle que «les frontières n’arrêtent pas les crimes environnementaux, qu’il s’agisse du trafic d’ivoire, de la surpêche d’espèces protégées, du trafic de bois et du déversement de déchets dangereux». Toute personne ayant des informations est invitée à les communiquer par e-mail à fugitive@interpol.int



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus