Interdiction du thon rouge: désaccord des pays européens

Le 23 septembre 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lundi 21 septembre, les Etats membres de l’UE n’ont pas trouvé la majorité requise pour soutenir la proposition de la Commission d’interdire la pêche commerciale du thon rouge, une espèce en déclin suite à des décennies de surpêche.

Le 9 septembre, l'exécutif européen avait annoncé soutenir une proposition de Monaco visant à inscrire le thon rouge sur l'Annexe I de la Cites (1,2). Mais la proposition n'a pas obtenu la majorité qualifiée requise. Malgré le soutien de 21 pays sur les 27 de l’UE, elle aurait été bloquée par 6 Etats méditerranéens dont la France (3), déplore le WWF dans un communiqué.

Greenpeace France condamne fermement l’attitude de la France, «qui a poussé cette solution avant de revenir en arrière». Dans un communiqué, l’ONG demande à tous les internautes d’écrire au président de la République Nicolas Sarkozy afin que celui-ci tienne sa parole. Le 16 juillet, le chef de l’Etat s’était en effet prononcé en faveur de la protection du thon rouge.

Stavros Dimas le commissaire chargé de l’environnement regrette dans un communiqué, la décision des Etats membres. Le commissaire européen chargé de la pêche, Joe Borg, a indiqué que c’était désormais à la Commission internationale pour la conservation du thon de l'Atlantique (Iccat) d’assumer sa responsabilité pour la reconstitution des stocks du thon rouge. De nouvelles données scientifiques sur l'état des ressources de cette espèce doivent être publiées lors de la prochaine réunion de l’Iccat prévue en novembre.

Les Etats membres auront l’opportunité de revoir leur position d’ici la prochaine réunion de la Cites en mars 2010 à Doha (Qatar). Lors d’un prochain Conseil Environnement, en octobre ou décembre, estime le WWF, qui précise toutefois que, pour être recevable, la proposition d’interdiction devra être déposée avant le 14 octobre au secrétariat de la Cites.

(1) Dans le JDLE «Thon rouge: la France fait marche arrière, selon Greenpeace»
(2) Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction
(3) Chypre, Grèce, Italie, Malte, Espagne et France


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus