Inquiétude pour le climat

Le 04 mai 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La National Oceanic and Atmospheric Administration américaine vient d’annonçer une hausse de 1,25%, entre 2005 et 2004, de la concentration de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère.

Cette information agite les salles de marché travaillant sur les quotas de CO2 et la Direction de l'environnement à Bruxelles au moment même où le cours moyen du permis d'émission européen a chuté de 2,55 euros, selon l'indice C2O2. Pour tenter d'enrayer cette chute, la Direction de l'environnement a ordonné aux 19 pays membres ne l'ayant pas encore faits de retarder jusqu'au 15 mai la publication des vérifications de l'utilisation des quotas par les entreprises. Trop tard, pour la Suède qui a annoncé, dans la journée, une sur-allocation, pour 2005, de 2,5 millions de quotas. Une nouvelle qui a encore assombri le moral des courtiers.

Brutal, mais pas imprévisible, ce crash carbonique arrive à point nommé. Après une telle dégringolade des prix du quotas -rendant possiblement inefficace ce mécanisme de flexibilité- il sera sans doute plus difficile aux pays membres de justifier auprès de la Commission des allocations trop importantes pour la seconde période d'engagement. Or, c'est précisément en ce moment que les capitales négocient ces distributions avec leurs industriels. A tout malheur quelque chose est bon.

La dernière grande mauvaise nouvelle nous vient cette fois du Canada. Comme prévu, le nouveau gouvernement a changé radicalement son fusil d'épaule. Dans son premier budget, adopté mardi, l'administration Harper a plus que divisé par deux les crédits qui devaient financer l'achat d'URCE ce qui signifie dans le texte (la monnaie des MDP). Plus inquiétant, Rona Ambrose, la ministre chargée de l'environnement canadienne (qui préside désormais les négociations climatiques internationales) a supprimé la plupart des programmes lancés par son prédécesseur, y compris les campagnes de sensibilisation aux économies d'énergie. «Nous trouverons des solutions qui auront de nets avantages du point de vue écologique et qui mettront à contribution toute la population du pays», a justifié Gary Lunn, le ministre des Ressources naturelles.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus