Inondations: la France en état d’alerte

Le 24 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Etat des alertes Vigicrues ce 24 janvier à 16h
Etat des alertes Vigicrues ce 24 janvier à 16h

L’Hexagone connaît actuellement un phénomène de crues exceptionnel de par son étendue géographique. De l’Est du pays à la vallée du Rhône en passant par Paris, 23 départements sont en vigilance orange.

 

La majeure partie du territoire métropolitain a les pieds dans l’eau, en raison des fortes précipitations tombées ces derniers jours sur des sols déjà chargés. Au total, 23 départements sont en vigilance orange, avec un risque de crue génératrice de débordements importants. Dans plus de 50 départements, la vigilance jaune est décrétée, avec des risques plus faibles de débordements.

 

5,18 mètres à Paris

La Seine est la plus touchée, avec un niveau de 5,18 mètres atteint à midi à la station du pont d’Austerlitz. «Ce niveau devrait continuer à s’élever du fait de l’arrivée progressive de l’onde de crue, notamment en provenance de l’Yonne. Vigicrues annonce un pic pour samedi à un niveau équivalent, voire légèrement supérieur, à celui de 6,10 m atteint en juin 2016 au pont d’Austerlitz», précise le point de situation diffusé ce jour à 16 heures par le ministère de la transition écologique.

«Seuls 400 clients d’Enedis sont coupés d’électricité sur 6,2 millions de clients en Ile-de-France», a précisé le préfet de police Michel Delpuech. Côté transports, le RER C reste coupé et de nouveaux tronçons pourraient l’être dans les jours à venir.

En aval de la confluence avec la Marne, les niveaux devraient également être comparables à ceux observés en juin 2016. La partie Yonne aval est sous haute surveillance.

 

De la Normandie à la vallée du Rhône

En Normandie, les décrues sont en cours. La Touques n’est plus en état de vigilance mais l’Epte reste sous le coup d’une vigilance orange en raison de niveaux encore soutenus.

Dans le Doubs, l’Ognon aval est également en vigilance orange, tandis que la Loue a rétrogradé en vigilance jaune.

Dans le sud de Lyon, le Rhône connaît également une crue modérée (vigilance orange).

Enfin, la Meuse et la Garonne marmandaise sont en décrue (vigilance jaune).

 

Des crues lentes habituelles

«Ce phénomène de crues lentes s’observe habituellement entre décembre et mars, en raison de fortes précipitations sur des sols chargés en eau. Pour mémoire, la dernière crue centennale de la Seine s’est déroulée en janvier 1910. En revanche, la crue de juin 2016 était beaucoup plus inhabituelle pour la saison», explique au JDLE Joël Hoffman, directeur adjoint de Vigipirates[1].

 

Des capteurs hors d’eau

Depuis le dernier épisode de juin 2016, et la panne du capteur du pont d’Austerlitz, Vigipirates a consolidé son dispositif d’outils de mesures. Aux capteurs traditionnels -flottants et placés au fond de l’eau-, s’ajoutent désormais des capteurs hors d’eau, afin d’éviter qu’ils soient emportés par les débordements. «Nous avons équipé plusieurs stations de radars placés sur les parapets des ponts et nous expérimentons des systèmes de surveillance vidéo», précise le directeur adjoint de Vigicrues.

 

Nouvelle perturbation

Côté météo, une nouvelle perturbation doit gagner le pays ce soir par le nord-est, avec de fortes précipitations attendues demain 25 janvier sur une grande partie du territoire. Ce qui pourrait faire repartir à la hausse les niveaux de certains cours d’eau en décrue. Une grande vigilance reste de mise.

 



[1] Ce dispositif fait partie du Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi), sous la tutelle du ministère de la transition écologique

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus