Inondations en Australie : la faute à la Niña

Le 12 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Comme prévu par les météorologues, la pluie n’a pas cessé sur le Queensland. Les crues s’étendent désormais dans une grande partie de la bande côtière de l’Etat australien.

 

De nombreux quartiers de Brisbane, troisième ville de l’île-continent, sont sous les eaux du fleuve éponyme qui a rompu ses digues. L’approvisionnement en électricité est interrompu dans la métropole.

 

Le bilan s’est sensiblement alourdi, ces derniers jours. Les autorités fédérales dénombrent 9 victimes. Et 70 personnes n’ont pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Le pire est probablement à venir. Car la crue du Brisbane est le fruit des fortes pluies en amont, des lâchers d’eau du barrage Wivenhoe (trop plein) et des fortes marées.  

 

Pour les climatologues, cette conjonction d’événements résulte d’un exceptionnel Niña. Ce phénomène périodique amène vers le Pacifique oriental (et donc vers l’Australie) de fortes pluies produites par l’évaporation du Pacifique. Or, selon Neville Nicholls, le président de la société météorologique et océanique australienne, la Niña 2010-2011 pourrait être l’un des plus puissants phénomènes de ce type jamais observés depuis la fin du XIXe siècle. Le Bureau météorologique australien estime, lui, que la situation pourrait ne pas évoluer avant l’automne austral.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus