Infections alimentaires: les tendances européennes se confirment

Le 17 avril 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le nombre de cas d'E. coli a explosé en un an
Le nombre de cas d'E. coli a explosé en un an

Les salmonelloses ont continué à baisser en Europe en 2011, tandis que les campylobactérioses et les infections par Escherichia coli poursuivent leur progression, selon le rapport annuel publié le 9 avril par l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et le centre européen pour le contrôle et la prévention des maladies (ECDC).

Premières infections alimentaires observées en Europe, les campylobactérioses (220.209 cas en 2011) ont augmenté de 2,2% entre 2010 et 2011, une hausse continue sur les 4 années précédentes. Même constat pour l’E. coli, et ce sans même prendre en compte l’épidémie survenue en Allemagne au printemps 2011, qui a fait bondir le nombre de cas de 153% en un an.

Les salmonelloses poursuivent leur déclin, avec une baisse de 5,4% entre 2010 et 2011, soit -37,9% depuis 2007. Un succès que l’Efsa et l’ECDC imputent à l’efficacité des plans de contrôle mis en place dans les élevages de volailles. Egalement en baisse, la listériose (-7,8% par rapport à 2010), la brucellose (-7,3%), tandis qu’une hausse est observée pour la yersiniose (+3,5%), la trichinellose et l’échinococcose, deux maladies parasitaires.

Les salmonelles demeurent en revanche les premières responsables en termes de cas groupés, devant les toxines bactériennes et Campylobacter. En premier lieu liées aux œufs, ces séries de cas groupés ont été au nombre de 5.648 en 2011, pour un total de 69.553 personnes malades, 7.125 hospitalisations et 93 décès.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus