Industrie informatique : comment réduire les émissions de CO2 ?

Le 09 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 La progression de l'informatique « en nuage » pourrait avoir un effet positif sur l'environnement et réduire les émissions de CO2 de l'industrie informatique, révèle une étude du cabinet Pike Research publiée le 6 décembre.

Le « cloud computing » est un système qui permet aux entreprises de conserver des données informatiques sur des serveurs gérés par un prestataire extérieur avec un grand volume de stockage. Les applications et les données ne se trouvent plus sur l'ordinateur local, mais – métaphoriquement parlant – dans un nuage (« cloud ») composé d'un certain nombre de serveurs distants interconnectés au moyen d'une bande passante. L'informatique en nuage met toutes les ressources sur internet, que ce soit les logiciels et les informations qui sont partagées entre tous les ordinateurs, plutôt que de les emmagasiner sur des serveurs séparés.

L’industrie informatique est responsable d'environ 2 % des émissions de CO2 de la planète, estime Pike Research, spécialisé dans les entreprises de technologies vertes. Dans son étude, le cabinet montre que l'adoption généralisée de l'informatique en nuage pourrait mener à une économie d'énergie de 38 % dans les centres de données d'ici 2020, et « les émissions de gaz à effet de serre du secteur pourraient être réduites de 28 % », avance-t-il.

Il faudra donc attendre quelques années avant de sentir les effets positifs de l'informatique en nuage. En attendant, cette industrie essaye de réduire son impact sur l’environnement.

Dans un rapport de juin 2010, un consortium de fournisseurs et de fabricants[1] « Climate Savers Computing (CSC) » estime que le secteur a réduit ses émissions de CO2 de 32 millions de tonnes depuis 2007. L’objectif de CSC est d’atteindre un rythme moyen d’économies annuelles de 38 millions de tonnes en 2015.

D’autre part, certains moteurs de recherches verts, comme eco-search et goodsearch.com, ont noué des partenariats avec des géants du secteur comme Google, et distribuent la majorité de leurs bénéfices à des œuvres caritatives, certaines d'entre elles à vocation environnementale. En septembre dernier, Yahoo a ouvert près de New York le centre de données doté de la meilleure efficience énergétique au monde, et Google a décidé d'installer ses serveurs dans des containers, afin de réduire la quantité d'énergie nécessaire à leur refroidissement.

Mais pour mesurer les véritables économies réalisées par l’industrie informatique, il faudrait également prendre en compte l’évolution de la durée moyenne d’utilisation du matériel (afin d’intégrer l’énergie grise dans le calcul), et la quantité d’ordinateurs vendus chaque année. L’achat de nouveaux équipements plus économes en énergie pour réduire les émissions de CO2 ne suffit pas toujours, puisque la fabrication même d’un ordinateur (en Chine le plus souvent) est source d’importantes émissions, pas toujours compensées par l’utilisation (dans le JDLE).



[1] tels que CSC, Dell, Google, HP, Intel, Microsoft, Cisco, Emerson Network Power et Juniper Network



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus