Indice de réparabilité: une efficacité non garantie

Le 04 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Réparable, mais à quel prix ?
Réparable, mais à quel prix ?

Annoncé le 23 avril, dans le cadre de la feuille de route sur l’économie circulaire (FREC), le nouvel indice de réparabilité sera affiché sur les produits électriques et électroniques à partir du 1er janvier 2020, selon la secrétaire d’Etat Brune Poirson.

Alors qu’il devait aussi s’appliquer au matériel de bricolage, l’indice de réparabilité ne sera finalement imposé qu’aux produits électriques et électroniques. Il sera calculé à partir de dix critères et se résumera à une note comprise entre 1 et 10, selon la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique. «S’il ne fonctionne pas, nous passerons aux sanctions et aux mesures contraignantes», a-t-elle prévenu.

 

Encore des réglages

Pour le peaufiner, un groupe de travail planche depuis la semaine dernière sur son contour et son mode de calcul. Son rapport est attendu à la fin de l’année. L’objectif est de fournir au consommateur «une information utile et pragmatique», tout en étant «incitatif» pour les fabricants, a précisé Brune Poirson. Faut-il encore qu’il soit réellement affiché, lisible, et non mensonger. L’exemple de l’étiquette énergie a en effet montré les écueils d’un système auto-déclaratif.

 

88% de marge de progrès

Dans le meilleur des cas, il pourra toutefois contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre. En conservant un smartphone 4 ans au lieu de 2, on économise 37 kilogrammes equivalent CO2. En moyenne, il reste actuellement pendant 3 ans dans les poches d’un Français, selon le premier baromètre du service après vente Fnac-Darty, diffusé le 13 juin. Au total, 88% des usagers en changent alors que l’appareil fonctionne encore.

En avance sur la réglementation, l’enseigne Fnac-Darty a présenté, le 2 juillet, son premier indice de réparabilité –sur une échelle de 1 à 100- pour les ordinateurs portables.

 

Réparable mais à quel prix ?

Selon l’association Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP), cet indice constitue «un bon début, mais il faut aller plus loin vers une transparence complète sur la fiabilité des produits». «Le prix de réparation reste encore incertain et dans le cas des ordinateurs, des machines à café et des machines à laver, ils sont très problématiques», affirme Laetitia Vasseur, sa présidente.

 

 

 

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus