Indemniser le coup de pédale entre le domicile et le travail

Le 03 février 2014 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une campagne pour inciter les salariés à aller au travail à vélo.
Une campagne pour inciter les salariés à aller au travail à vélo.
DR

Employeurs, vous voulez des salariés en meilleure santé et plus productifs? Collectivités locales, vous souhaitez diminuer le bruit, faire baisser la pollution et rendre les axes routiers de vos villes plus fluides? Etats, vous désirez offrir un mode de locomotion égalitaire et favorable aux couches les moins favorisées? Encouragez financièrement la pratique du vélo! Voici le plaidoyer porté par la coordination interministérielle pour le développement de l’usage du vélo, qui propose rien de moins que d’indemniser le coup de pédale, au même titre que ce qui a cours pour la voiture la voiture  ou les transports en commun.

Car bien qu’il s’agisse d’un mode de transport écologique, socialement égalitaire et vertueux au plan sanitaire, il ne représente que 2% des trajets domicile-travail à l’échelle nationale[1], pour des trajets moyens de 3,4 kilomètres. En 2007-2008, 680 millions de km avaient ainsi été parcourus, contre 800 millions attendus en 2014.

Pourquoi indemniser les kilomètres d’un salarié? Parce qu’un 2 roues en bon état de marche, cela coûte. «Les dépenses que les usagers réguliers du vélo engagent, bien qu’elles restent en général inférieures à celles liées aux autres modes de transport, apparaissent non négligeables. Utiliser son vélo chaque jour, y compris quand il fait froid, quand il pleut, quand la nuit tombe tôt, suppose un certain équipement, un vélo de meilleure qualité que ceux proposés en premier prix par les grandes surfaces ainsi qu’un entretien régulier.»

En outre, la pratique du vélo a des effets bénéfiques établis sur la santé, rappelle la coordination interministérielle, et elle pourrait engendrer des économies de près de 35 millions d’euros par an pour le système de santé. La coordination interministérielle a calculé qu’en allouant 25 cents d’euro le km aux cyclistes, insérés dans le système des frais professionnels, la mesure coûterait 110 M€[2] par an.

Reste à décider des modalités de mise en œuvre de cette indemnité: deviendrait-elle obligatoire ou serait-elle une simple faculté laissée à l’employeur, comme le défendent les employeurs, privés comme publics? Le dossier est loin d’être tranché, des syndicats de salariés au ministère des finances.



[1] A mettre en regard des 27% aux Pays-Bas, 18% au Danemark, et 10% à 20% dans bon nombre de villes allemandes, suisses, belges ou scandinaves, voire italiennes.

[2] L’impact budgétaire de la mise en place d’une indemnité kilométrique vélo est évalué à 110 M€ de manque à gagner pour la sécurité sociale, dans l’hypothèse pessimiste, mais retenue semble-t-il par la direction de la sécurité sociale, les employeurs réagiraient à la création de cette indemnité en diminuant d’autant les rémunérations.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus