Inde: Greenpeace pris à la gorge par le gouvernement

Le 06 mai 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un symbole tout trouvé
Un symbole tout trouvé
DR

En Inde, Greenpeace est au bord de la fermeture. Dans le viseur du gouvernement de Narendra Modi, l’association s’est récemment vu bloquer l’accès à ses comptes en banque, et pourrait bien être à sec d’ici un mois, a-t-elle annoncé mercredi 6 mai.

Entré en fonction en mai 2014, Narendra Modi, aussi économiquement libéral que politiquement nationaliste, n’aime décidément pas les associations de défense de l’environnement. Peu après son arrivée au pouvoir, un rapport ayant fuité dans la presse reprochait à ces trouble-fête, en lien avec des puissances étrangères, de bloquer des projets de développement industriel et agricole. Selon le document, les pertes étaient estimées de 2% à 3% du produit intérieur brut (PIB).

Les mesures de rétorsion ne se sont pas fait attendre: dès juin 2014, le gouvernement tentait de bloquer le financement de Greenpeace India par sa maison mère. Et en janvier dernier, un militant de l’association, Priya Pillai, était bloqué à l’aéroport de Delhi, alors qu’il s’apprêtait à aller à Londres convaincre des parlementaires des méfaits d’une mine de charbon, projet porté par une entreprise britannique.

7 comptes en banque bloqués

Dans les deux cas, la justice indienne a donné raison à Greenpeace, indique celle-ci dans un communiqué diffusé mercredi 6 mai. Mais la nouvelle attaque du gouvernement paraît plus sérieuse. En avril, le ministère de l’intérieur a bloqué l’accès de Greenpeace India à 7 comptes en banque: «résultat, nous n’avons plus accès aux dons effectués par plus de 75.000 citoyens indiens qui soutiennent un environnement plus sain», indique-t-elle.

Privée de 68% de ses fonds, l’association aurait tout juste de quoi payer ses 340 salariés et son loyer «pour le mois prochain, après quoi [nous] serons obligés de fermer». «Il est évident que le gouvernement est clairement lié aux intérêts des entreprises, il n’est donc pas surprenant qu’il tente de nous réduire au silence. Nous répondrons à ces attaques, nous porterons le combat devant la justice, parce qu’il s’agit bien plus que de la simple survie de Greenpeace India», déclare l’association, qui a lancé une pétition en ligne.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus