Inconstitutionnelle, la privatisation de l’eau grecque?

Le 26 mai 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La compagnie des eaux d'Athènes ne pourra pas être privatisée de sitôt.
La compagnie des eaux d'Athènes ne pourra pas être privatisée de sitôt.
DR

Le schéma de privatisation de la compagnie des eaux d'Athènes a été jugé inconstitutionnel par le Conseil d'Etat car risquant de remettre en question la fourniture d'un «service d'intérêt public», a-t-on appris lundi 26 mai, de source judiciaire.

Dans une décision rendue la semaine dernière, la plus haute juridiction administrative a considéré notamment que «la transformation d'une entreprise publique en entreprise privée ayant pour objectif le profit [faisait] peser une incertitude sur la continuité de l'offre de service public abordable et de qualité».

Privatiser pour se désendetter

Le fond hellénique des privatisations (TAIPED) détient actuellement 61,33% de l'EYDAP, la compagnie des eaux d'Athènes, et a prévu d'en céder 34,33% à des investisseurs privés, selon les engagements pris par la Grèce vis-à-vis de ses créanciers internationaux.

L’entreprise athénienne a, en outre, promis de privatiser entreprises, terrains et bâtiments publics en échange de deux programmes de prêts accordés en 2010 et 2012 afin de lui éviter la faillite.

En prévision d'une décision du Conseil d'Etat censurant le projet du gouvernement, la presse grecque s'était fait l'écho récemment de scénarios alternatifs de privatisation de l'EYDAP qui pourrait de ce fait rapporter moins d'argent prévu à l'Etat, alors que le programme de privatisations de TAIDEP a déjà accumulé du retard.

Le projet de vente au secteur privé de la compagnie des eaux d'Athènes et de celle de Thessalonique (EYATH), la deuxième ville de Grèce, fait l'objet d'un mouvement de contestation citoyenne qui s'est traduit le 18 mai, à Thessalonique, par l'organisation d'un référendum local soutenu par les élus locaux mais non reconnu par le gouvernement, rappelle l’AFP. 98% des 218.000 votants ont rejeté le projet de privatisation de la compagnie locale de distribution d’eau.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus