Incident «significatif» à la centrale nucléaire de Gravelines

Le 12 août 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un incident «significatif» s'est produit dans la nuit du 8 au 9 août à la centrale nucléaire de Gravelines (Nord), sans conséquences pour le personnel ni rejets dans l'environnement, selon un communiqué de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du lundi 10 août.

«Il n'y a aucun risque de pollution», a également indiqué à l'AFP la préfecture du Nord. L’incident, classé provisoirement par l’ASN au niveau 1 de l’échelle Ines (International nuclear event scale), numérotée de 0 à 7, est survenu lors du déchargement pour renouvellement du combustible du réacteur n°1. «Un assemblage combustible est resté accroché aux structures internes supérieures au cours des opérations d'enlèvement», informe l’ASN dans son communiqué. «L'exploitant a interrompu ces opérations et fait procéder à l'évacuation du bâtiment réacteur et à son isolement, conformément aux règles d'exploitation du réacteur. L’assemblage est sous eau dans la cuve et son refroidissement est assuré par le circuit normal utilisé lorsque le réacteur est à l’arrêt», poursuit-elle.
L’ASN a effectué une inspection de contrôle lundi sur le site d’EDF qui «travaille à la préparation des opérations de remise en place de l’assemblage dans sa position normale». L’ASN rappelle qu’un incident de même nature s’était produit dans la centrale du Tricastin (Drôme) en septembre 2008.

Arnaud Gossement, porte-parole de la fédération France nature environnement (FNE) dénonce un manque de transparence. Il déplore que les associations membres du Comité local d’information et de concertation (Clic) ne soient informées de l’accident que 30 heures après. «La communication est totalement verrouillée par l’ASN, explique-t-il. La seule chose que l’on peut dire est que nous ne savons rien sur la gravité de l’incident puisqu’aucune expertise contradictoire et indépendante ne peut être conduite». Dans un communiqué publié hier, FNE déplore que «le lobby nucléaire se soit battu pour échapper aux engagements du Grenelle de l’environnement et pour ne pas siéger lors de la table ronde sur les risques industriels».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus