Incident nucléaire en Ukraine: les autorités rassurent

Le 03 décembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale nucléaire de Zaporizhia est, à peine, plus puissante que celle de Gravelines.
La centrale nucléaire de Zaporizhia est, à peine, plus puissante que celle de Gravelines.
Energoatom

Un incident s’est produit, mercredi 3 décembre, dans la plus grande centrale nucléaire d’Europe, celle de Zaporizhia, au sud-est de l’Ukraine. Aucune fuite de radioactivité n’a été constatée, selon les autorités, qui affirment qu’il n’y a aucun risque pour la population ou l’environnement.

Dans un pays hanté par le souvenir de Tchernobyl, c’est le genre d’annonce qui fait frémir. Annoncé mercredi 3 décembre, au matin par le gouvernement ukrainien, l’incident semble, finalement, bénin: il s'est produit dans la partie non nucléaire de la troisième tranche de la centrale, qui en compte 6. Selon les premières constatations, un court-circuit, dans la partie électrique de la centrale, aurait provoqué, très normalement en pareilles circonstances, l'arrêt automatique du réacteur de 1000 MWe. 

En France, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) rappelle que les balises de détection de la radioactivité, installées il y a quatre ans sur le toit de l’ambassade de France à Kiev, n’ont détecté aucune élévation du niveau ambiant de radioactivité.

Coupures de courant

Interrogé par la presse ukrainienne, un porte-parole du ministère ukrainien de l’énergie a qualifié l’épisode de «mineur», «insignifiant», affirmant que les réparations seraient achevées vendredi 5 décembre, date à laquelle le réacteur pourrait être reconnecté au réseau.

Selon le ministre Volodymyr Demtchichine, il ne s’agirait que d’un court-circuit dans un transformateur électrique. L’incident a entraîné des coupures de courant dans les environs. «Depuis le déclenchement du conflit en Ukraine, les coupures tournantes sont fréquentes, rappelle Michel Chouha, représentant de l’IRSN en Ukraine. Mais là, c’est un réacteur de 1.000 MWe qui s’arrête d’un coup, ce qui correspond à la consommation d’électricité d’une grande ville. Les coupures se sont donc intensifiées dans tout le pays.»

Selon un communiqué de l'exploitant, l'incident s'est produit vendredi 28 novembre, peu avant 20 heures. Energoatom a proposé de classer l'incident au niveau 0 de l'échelle international Ines, qui en compte 8 (Tchernobyl et Fukushima ayant été les seuls accidents à être classés au niveau 7).

Sur les bords du Dniepr, la centrale de Zaporizhia se situe dans une steppe contrôlée par le gouvernement ukrainien, à environ 250 km de Donetsk, ville aux mains des séparatistes prorusses.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus