Incident lors du démantèlement du site de Grenoble du CEA

Le 04 septembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le démantèlement des installations nucléaires n'est pas un exercice facile.
Le démantèlement des installations nucléaires n'est pas un exercice facile.
CEA

Le démantèlement des installations nucléaires n’est pas une activité sans risque. Le 23 août, lors d’une opération de tri de déchets radioactifs de déconstruction d’une ancienne installation nucléaire du centre CEA de Grenoble, un opérateur a été potentiellement exposé à une dose de rayonnement inhabituelle. Son dosimètre passif a été envoyé à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) pour vérification, indique le CEA dans un communiqué.

Interrogé par l’AFP, le directeur du centre, Didier Bordet, indique que cet appareil de détection des radiations a émis une alarme pour signaler un débit de dose inhabituellement élevé que l'employé n'a pas entendu en raison du bruit du chantier. ? Les contrôles radiologiques effectués par le CEA sur cet employé d’Alfadir, entreprise spécialisée dans les chantiers nucléaires, n’ont pas révélé de contamination.

Après examen du dosimètre, l’employeur du salarié a été informé par l’IRSN le 3 septembre d’un dépassement d’une des limites annuelles réglementaires. Les résultats détaillés ont été communiqués par l’IRSN, conformément à la réglementation, au seul médecin du travail de l’entreprise prestataire. Cet incident a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avec une proposition de classement au niveau 2 de l’échelle de classement Ines —qui compte 8 niveaux—, en raison du constat du dépassement d’une des limites réglementaires.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus