Incendie majeur à l’usine Lubrizol de Rouen

Le 26 septembre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le panache de suies s'est étendu sur une vingtaine de kilomètres.
Le panache de suies s'est étendu sur une vingtaine de kilomètres.
Sécurité Civile

Eleveurs, paysans et particuliers doivent prendre des précautions.

 

Après une journée de lutte acharnée, les pompiers se sont rendus maîtres de l’incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol de Rouen (76). D’origine inconnue, le sinistre a débuté vers 2 h 40 heures, ce jeudi 26 septembre. Plusieurs explosions ont été entendues par les riverains durant la nuit. Le feu, qui a provoqué d’importants panaches de fumées noires de 22 km de long a été circonscrit en milieu d’après-midi, par les 200 pompiers, venus de 6 départements. Le plan particulier d'intervention (PPI) a été déclenché.

Dans la matinée, le préfet de Seine-Maritime avait fait fermer, pour une durée indéterminée, les établissements scolaires de Rouen et de 12 communes de l’agglomération, ainsi que de nombreux axes de circulation. Les entreprises dont l’activité a été interrompue par les suites de l’accident pourront bénéficier du dispositif d’activité partielle.

Plan polmar

En attendant que ne débute l’enquête, la priorité des sauveteurs est d’éviter toute pollution de la Seine. Le ministère de l’Intérieur a déclenché le plan Polmar pour réduire les risques de pollution du fleuve.

Dans un communiqué, la préfecture de Seine-Maritime recommande aux éleveurs de confiner leurs animaux « et de sécuriser leur abreuvement et leur alimentation ». Les agriculteurs ne doivent pas « récolter leurs productions dans l’attente de précisions ultérieures. » Les particuliers ne doivent, quant à eux, pas consommer les fruits et les légumes de leurs jardins.

deux incidents

Classée seuil haut Seveso, l’usine sinistrée fabriquait des additifs pour les huiles, les carburants ou les peintures.

En janvier 2013, elle avait été à l'origine d'une fuite de mercaptan qui avait empuanti jusqu'à la région parisienne et au sud de l'Angleterre. La filiale du consortium américain Berkshire Hathaway avait été condamnée à une amende de 4.000 euros en 2014.

Quelques mois plus tard, en 2015, 2.000 litres d'huile minérale se sont déversés dans le réseau d'évacuation des eaux pluviales après un «incident d'exploitation» à l'usine chimique.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus