Incendie dans l’une des principales raffineries du Venezuela

Le 27 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La raffinerie d'Amuay est actuellement toujours en feu
La raffinerie d'Amuay est actuellement toujours en feu

Dans la nuit du 24 au 25 août, une importante explosion s'est produite dans l'une des principales raffineries de pétrole du Venezuela, à Amuay dans le nord-ouest du pays. L’explosion a déclenché un incendie et provoqué le décès d’une quarantaine de personnes, la plupart appartenant à la garde nationale.

Le feu, survenu dans la zone de stockage de la raffinerie, serait désormais limité à deux réservoirs de brut sur les neuf que compte cette partie du site. «Nous pensons que cette situation devrait être résolue dans les prochaines heures, que l'incendie va fortement diminuer surtout dans (un) réservoir afin que nous puissions ensuite nous concentrer sur l'autre réservoir et éteindre l'incendie », a déclaré le ministre de l'énergie et du pétrole Rafael Ramirez, également président la compagnie pétrolière nationale PDVSA.

L'accident, le pire jamais subi par PDVSA dont dépend le complexe, a fait au moins 41 morts, l'hôpital de la ville de Maracaibo ayant annoncé le décès de deux blessés.

Rafael Ramirez a précisé que l'explosion avait été provoquée par une fuite de gaz, dont la cause n'a pas été déterminée pour le moment. Un «nuage de gaz a explosé, mettant le feu à au moins deux réservoirs et à d'autres installations dans la raffinerie», a-t-il ajouté.

L'onde de choc de l'explosion a surtout touché un ensemble de logements mis à disposition de la garde nationale qui assure la sécurité de ce grand complexe de raffinerie, ainsi que «plusieurs quartiers proches», a expliqué le vice-président vénézuélien Elias Jaua. «Nous sommes informés que beaucoup de familles sont touchées, qu'elles ont quitté leurs maisons, évacuées ou ayant pris elles-mêmes l'initiative de partir», a-t-il précisé en annonçant un plan d'aide d'urgence pour ces populations. En fait, la raffinerie est située dans une zone résidentielle et commerciale où habitent les ouvriers du complexe et leurs proches, ainsi que des familles pauvres qui se sont installées dans des bidonvilles aux alentours. Les installations de la zone de raffinage du complexe sont à l'arrêt depuis la catastrophe.

Le président Hugo Chavez, qui a décrété un deuil national de trois jours, a ordonné l'ouverture d'une enquête sur les causes de la fuite de gaz. Hugo Chavez s'est rendu sur place dimanche 26 en fin de journée. «Je suis venu ici pour sentir sur le terrain comment la situation évolue», a-t-il déclaré à la presse dès son arrivée au siège de PDVSA, proche de la raffinerie.

Concernant l'enquête en cours, le président vénézuélien a déclaré sans autres précisions qu'il existait diverses hypothèses.

Il s'est par ailleurs élevé contre les personnes qui ont déclaré au Venezuela que la catastrophe était due à un défaut d'entretien du complexe, les qualifiant d'irresponsables. «Malgré la douleur, le spectacle doit continuer», a lancé Hugo Chavez à l'issue de sa visite.

La ministre de la santé, Eugenia Sader, qui accompagnait le président Chavez, a indiqué que 31 blessés restaient hospitalisés.

Mais Rafael Ramirez a déclaré dimanche que ces installations de raffinage étaient dans un état absolument normal et pourraient redémarrer rapidement après l'extinction de l'incendie dans la zone de stockage.

«Nous sommes en mesure de réactiver notre raffinerie en deux jours à partir du moment où nous déclarerons la zone complètement sûre», a assuré le ministre avant de répéter que la fourniture de carburant au marché intérieur vénézuélien ne serait pas affectée, le pays disposant de 4 millions de barils stockés pour faire face aux besoins.

Les exportations du Venezuela, principalement vers les Etats-Unis, son premier client, seront-elles affectées? Sur ce point, Rafael Ramirez ne s'est pas prononcé. Un économiste spécialisé dans les questions pétrolières, Rafael Quiroz, a pour sa part exclu que les exportations soient touchées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus