Ile-de-France: de nouvelles mesures pour l’air avant l’été

Le 13 avril 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Région s'y colle à son tour
La Région s'y colle à son tour

D’ici l’été, le conseil régional d’Ile-de-France prévoit de lancer un plan de qualité de l’air, a annoncé lundi sa présidente Valérie Pécresse. Parmi les mesures annoncées, une écotaxe poids lourd, des espaces de coworking, un fonds air-bois pour inciter les Franciliens à changer leurs vieilles chaudières.

Annoncées lundi 11 avril lors du lancement d’une conférence régionale sur l’air, ces mesures devraient être discutées en juin lors d’une séance plénière du conseil régional. Parmi elles, une écotaxe pour les poids lourds en transit -projet qui a échoué en France-, la création de nouvelles places de parking en bordure des gares, l’encouragement du télétravail par l’installation de 1.000 tiers-lieux pour un budget de 2,5 millions d’euros.

Vendredi 8 avril, le conseil régional a déjà validé la mise en place d’un fonds air-bois, à hauteur de 1 M€, afin d’encourager les Franciliens à échanger leurs vieux appareils de chauffage au bois, ou à foyer ouvert, par des systèmes moins polluants. Une telle aide à la reconversion a déjà été mise en place en 2012, dans la vallée de l’Arve (Rhône-Alpes), avec succès.

Dans le cadre de son budget agricole, la région a par ailleurs prévu un fonds de 1 M€ pour la valorisation sylvicole, qui devrait notamment permettre la création de la forêt de Pierrelaye, projet labellisé Grand Paris, indique le conseil régional au JDLE.

Une appli pour fluidifier les transports

Le conseil régional envisage aussi «l’optimisation et la généralisation d’une appli multimodale [pour smartphone]», afin d’informer l’usager «où les bouchons vont se former et où les métros sont congestionnés».

Quant à savoir comment ces mesures s’articuleront avec le plan de protection de l’atmosphère (PPA), actuellement en cours de révision au sein de la préfecture, «il est encore trop tôt pour le dire», indique le conseil. Contacté par le JDLE, Airparif, selon qui ces mesures «vont dans le bons sens», juge qu’elles pourraient «servir à alimenter le PPA».

Lors de la conférence régionale de l’air, Valérie Pécresse a fait montre d’irritation quant à l’arrêté publié samedi 9 avril sur le déclenchement des procédures préfectorales face à un épisode de pollution de l’air. En cause, le fait que, pour l’agglomération parisienne, le conseil régional ne soit pas associé à la décision, contrairement aux autres régions.

Elle a aussitôt annoncé un recours gracieux contre l’arrêté, avant que le ministère de l’environnement ne lui réponde par voie de communiqué: «La présidente de la Région est bien consultée car celle-ci est également présidente du Stif [Syndicat des transports d’Ile-de-France], prévu dans l’arrêté. Pour lever toute ambiguïté, un arrêté complémentaire précisera que la présidente de Région est également consultée».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus