Il faut sauver le lac d’Orumieh

Le 06 septembre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le lac salé d’Orumieh, dans le Nord-Ouest de l’Iran, va-t-il disparaître d’ici trois ans? Des manifestants écologistes venus crier leur indignation envers l’inaction du gouvernement iranien se sont fait durement réprimer le 29 août dernier.
 
Il s’agit du plus grand lac d’Iran, et du 3e plus grand lac salé du monde, avec une superficie d’environ 5.200 km2. Classé réserve de biosphère par l'Unesco en 1976, de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs viennent y faire escale. Mais après 10 années de sécheresse, près de 60% de l’eau s’est évaporée du lac d’Orumieh, selon les défenseurs du site.
 
Ces derniers reprochent à Téhéran d’avoir aggravé la situation en faisant construire des dizaines de barrages sur les fleuves qui alimentent le lac. «Le refus du Parlement d'examiner un projet de sauvetage présenté à la mi-août par les députés de la région a déclenché la semaine dernière des manifestations réprimées par les forces de l'ordre dans les villes d'Oroumiyeh et Tabriz, selon les informations publiées par différents sites internet proches du pouvoir ou de l'opposition», rapporte l’AFP le 5 septembre.
 

Mais selon Mohammadi-Zadeh, un haut responsable iranien, le gouvernement serait prêt à financer un projet de quelque 900 millions de dollars pour alimenter le lac d'Oroumieh avec l'eau du fleuve Araxe, frontalier de l'Azerbaidjan et de l'Arménie à 70 km plus au nord, ainsi qu'avec des sources de la rivière Zab, dans le nord de l’Irak.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus