Ignalina: le démantèlement retardé agace Bruxelles

Le 14 décembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Couvercle du réacteur d'un des réacteurs RBMK d'Ignalina.
Couvercle du réacteur d'un des réacteurs RBMK d'Ignalina.

Bruxelles a gelé les fonds destinés au démantèlement en Lituanie d'un réacteur nucléaire de type RBMK (comme à Tchernobyl) arrêté en 2009, à cause des retards du projet, a indiqué ce 14 décembre le commissaire européen aux affaires fiscales, Algirdas Semeta.

«La décision a été prise de suspendre le financement d'un des projets», a déclaré devant la presse l’ancien ministre des finances lituanien, en visite à Vilnius. «Les donateurs espèrent que le gel du financement aidera à stimuler la conclusion des négociations.»

La Commission européenne a indiqué pour sa part dans un communiqué que la suspension serait levée une fois conclu un accord entre la Lituanie et le consortium GNS/Nukem chargé de la réalisation du projet.

La Lituanie a arrêté les deux tranches d'Ignalina en 2004 et 2009, conformément aux engagements pris par cet Etat balte lors de son entrée dans l'UE en 2004.

Le gouvernement lituanien admet que le démantèlement du site a pris du retard, mais en rejette la responsabilité sur le groupe Nukem Technologies, filiale du groupe nucléaire russe Atomstroyexport.

La réalisation des centres de stockage de déchets accuse notamment 4 à 5 ans de retard par rapport au planning initial.

L'UE a prévu à cette fin un budget de 1,37 milliard d’euros sur la période 2009-2013. Dans le prochain budget pour la période qui commence en 2014, la Commission européenne propose à la Lituanie 400 M€ supplémentaires pour le démantèlement d'Ignalina.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus