Iberdrola engage sa transition énergétique

Le 27 février 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
+1.500 MW d'éolien terrestre en trois ans.
+1.500 MW d'éolien terrestre en trois ans.
Iberdrola

L’électricien basque va investir 13 milliards d’euros dans les énergies renouvelables électriques en trois ans.

 

L’énergéticien basque sera le premier. Quelques semaines après la publication du projet espagnol de transition énergétique, Iberdrola amorce la sienne. Le groupe basé à Bilbao a présenté, mardi 26 février, son programme d’investissements pour les prochaines années. D’ici 2022, le groupe présidé par Ignacio Galán prévoit de consacrer 34 milliards d’euros à l’adaptation de son bouquet énergétique: 2 Md€ de mieux que prévu.

Pas moins de 16 Md€ seront consacrés à la modernisation et au développement des réseaux, 13,3 Md€ aux énergies renouvelables et moins de 4 Md€ à d’autres moyens de production d’énergie, principalement des centrales à gaz à cycle combiné au Mexique.

38 GW de capacités renouvelables

Entre 2018 et 2022, Iberdrola va donc mettre en service 1,5 gigawatt (GW) d’éolien terrestre (Royaume-Uni, Etats-Unis), 2,5 GW d’éolien marin (Etats-Unis, Espagne, Mexique, Brésil et Grèce), 628 mégawatts crête (MWc) de photovoltaïque (Etats-Unis, Espagne, Mexique) et près de 2 GW d’hydroélectricité (Brésil, Espagne, Portugal). Iberdrola n’envisage pas de mettre en service son projet de parc éolien marin au large de Saint-Brieuc avant 2023. Au total, les capacités renouvelables, en service ou en cours de construction, devraient dépasser les 38 GW, en 2022: +35% en 5 ans.

 

Cette enveloppe ‘verte’ servira aussi à développer les capacités de stockage d’électricité. Celles-ci devraient passer de 70 à 90 gigawattheures (GWh) entre 2017 et 2022.

 

Feu vert pour le parc de Dieppe et du Tréport. Les préfètes de Seine-Maritime et de la Somme ont signé, mardi 26 février, les arrêtés autorisant la réalisation et le raccordement du parc éolien marin de Dieppe et du Tréport. Porté par Engie (31%), EDPR (29,5%), Sumitomo (29,5%) et la Caisse des dépôts (10%), ce projet prévoit l’installation de 62 turbines de 8 MW, d’un mât de mesure et d’un poste de transformation, à 15 km au large des côtes.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus