Hygiène domestique: les Français cuisinés par l’Anses

Le 12 juin 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Se laver les mains, même en faisant la cuisine.
Se laver les mains, même en faisant la cuisine.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a lancé fin mai une enquête afin de mieux connaître les habitudes des Français quant à leurs pratiques hygiéniques dans leur cuisine.

En matière d’hygiène domestique, «de nombreux Français ne sont peut-être pas très pointilleux dans leur cuisine, et leurs connaissances sur le sujet sont lacunaires», estime Gérard Lasfargues, directeur général adjoint en charge des affaires scientifiques à l’Anses.

Pour preuve, une étude publiée par l’agence en 2006 a révélé que seuls 37% d’entre eux s’assurent que la température de la zone froide de leur réfrigérateur est inférieure ou égale à 4°C, et que seuls 37% y emballent systématiquement leurs aliments. Or près de 40% des toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) recensées en France surviendraient dans un cadre domestique.

D’où l’idée de l’Anses de mieux connaître les pratiques des Français dans leur cuisine, et ce grâce à une enquête qu’elle a lancée fin mai sur internet. Réalisable en 10 à 15 minutes, cette série de questions aborde entre autres la conservation des produits, leur décongélation, leur nettoyage ou encore leur cuisson.

Parmi les failles attendues, Gérard Lasfargues cite l’exemple selon lequel «beaucoup de gens se lavent les mains avant de faire la cuisine, mais pas pendant, ce qui peut poser problème lorsque vous touchez par exemple de la volaille ou de la viande crue [notamment à risque de salmonelles, ndlr]: c’est une erreur classique».

Alors que l’Anses espérait «un minimum de 1.000» répondants, elle en serait déjà à 1.400. «La collecte sera arrêtée fin juin: le nombre de 2.000 réponses devrait être atteint sans trop de difficultés», ajoute Gérard Lasfargues, évoquant même «une barre à 4.000». Interrogé sur la représentativité des résultats attendus, il reconnaît un possible «biais du volontariat»: lancée par voie de presse, l’enquête pourrait avant tout attirer les personnes les plus intéressées, et donc plus au point sur le sujet. Des biais éventuels que l’Anses prévoit de prendre en compte lors de l’analyse.

L’agence devrait communiquer les résultats en septembre, en même temps que l’avis qu’elle réalise actuellement sur l’hygiène domestique (voir le JDLE). Objectif de ce travail, 10 grandes recommandations destinées au grand public, notamment quant au lavage de main, nettoyage du réfrigérateur et conservation des aliments.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus