Hydrogène: le rail britannique fait du neuf avec l’ancien

Le 08 janvier 2019 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Breeze, le train qui fend la bise.
Breeze, le train qui fend la bise.
Alstom

Alstom va rénover des rames de banlieue, déjà au gabarit des chemins de fer britanniques, pour les adapter et permettre la sortie du diesel d’ici à 2040.

 

Breeze. C’est le nom du train à hydrogène qui empruntera, à compter de 2022, les rails britanniques. L’enjeu est de taille, puisque les deux tiers du réseau ne sont pas électrifiés et les Diesel encore légion. Ils devraient être bannis du réseau pour 2040.

Déjà au gabarit

Les autorités britanniques ont jeté leur dévolu sur les rames automotrices Class 321, des trains de banlieue mis en circulation à la fin des années 1980. «Eprouvé et fiable, ce train est parfait en termes de caractéristiques, de taille de flotte et de disponibilité pour une transformation en unité multiple à hydrogène» a indiqué Alstom Royaume-Uni & Irlande, qui va se charger de convertir l'engin au plan technique et du design. En outre, c’est la première fois qu’un train à hydrogène sera prêt à l’emploi au gabarit de chargement standard du Royaume-Uni, et non construit ou adapté exprès pour.

Occitanie pionnière

Le transport ferroviaire à hydrogène connaît une nouvelle ferveur, en Europe, depuis que le train Coradia iLint assure des liaisons passagers en Allemagne. En novembre dernier, Alstom avait exprimé son souhait de tester en France une trentaine de rames en condition réelle d’exploitation entre 2024 et 2028, pour être prêt pour la fin du diesel en 2035.

La région Occitanie devrait être la première à tester l’hydrogène sur ses rails. Carole Delgas a annoncé, fin novembre, que 3 des 15 nouvelles rames TER commandées à Alstom fonctionneraient à l’hydrogène.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus