Hydroélectricité: les professionnels veulent un coup de pouce gouvernemental

Le 27 juin 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La France pourrait accroître sa production d'hydroélectricité de plus de 11 TWh/an.
La France pourrait accroître sa production d'hydroélectricité de plus de 11 TWh/an.
VDLT

Dans un livre blanc, publié le 27 juin, trois organisations professionnelles rappellent les obstacles qui se dressent devant les projets de centrales hydroélectriques. Et présentent quelques propositions 

Retour aux origines. Depuis une décennie que l’on assiste à un impressionnant développement de l’éolien et du photovoltaïque, on avait un peu oublié que la principale énergie renouvelable électrique reste l’hydraulique. Barrages et centrales au fil de l’eau produisent 16,6% du courant mondial: quatre fois plus que l’éolien et 10 fois plus que le photovoltaïque.

L’énergie verte de référence

L’an passé, en France, cette proportion a atteint 11,6% en France pour l’hydraulique contre 4,1% pour l’éolien et 1,7% pour le solaire. «L’énergie hydraulique est vraiment le pivot de la transition électrique», résume Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables (SER).

les stations de pompage-turbinage

Avec l’Union française de l’électricité et le lobby de la petite hydraulique, France HydroElectricité (FHE), le SER rappelle, dans un livre blanc publié ce mardi 27 juin, que ce rôle se renforcera avec le développement des énergies renouvelables intermittentes. Pour sécuriser le fonctionnement des réseaux électriques et l’approvisionnement des usagers, il est vital d’accroître la capacité des systèmes de stockage d’électricité que sont les barrages et les stations de pompage-turbinage (STEP). «La programmation pluriannuelle des énergies est ambitieuse: d’ici à 2030, nous devons accroître de 700 GW notre capacité hydroélectrique et de 1 à 2 GW celle du parc de STEP», précise Jean-Louis Bal. «Le productible potentiel de ces futures capacités est estimé à 11,7 TWh/an», souligne-t-il: près d’une fois et demi la production photovoltaïque.

Or les deux tiers de cette production sont situés sur des cours d’eau classés. Voilà le principal problème posé aux constructeurs de centrales hydroélectriques et de STEP: les bons sites leur sont interdits par la législation environnementale.

Un peu de cohérence

Pas question de revenir sur la directive-cadre sur l’eau. Toutefois, les trois organisations professionnelles militent pour une mise en cohérence des politiques énergétique et environnementale. Ce qui pourrait passer, proposent-elles, par une reprise en main du dossier «hydro» par la seule direction générale de l’énergie et du climat. La direction de l’eau du ministère de la transition écologique et solidaire n’aurait plus voie au chapitre. Le SER, l'UFE et FHE considèrent quul faut évaluation des méthodes de préservation de la continuité écologique  des cours d'eau.

Réforme fiscale

Comme beaucoup d’autres, les partisans des turbines veulent une réforme de la fiscalité. «Il n’est pas normal qu’un exploitant de barrage, qui met en service une passe à poisson, ce qui est normal, paie une taxe foncière assujetti non pas sur la surface occupée mais sur le montant des travaux», indique l’ancien directeur des énergies renouvelables de l’Ademe. Proposition: permettre aux collectivités volontaires d’exonérer de taxe foncière ces installations, située à la confluence de la production d’électricité propre et de la protection de l’ichtyofaune.  

Les industriels veulent aussi bénéficier d’un contexte favorable à long terme. Ce qui implique que le gouvernement lance des appels d’offres réguliers, comme pour l’éolien et le solaire. Mais aussi qu’il mette en œuvre les conditions propices à la rédaction de modèles d’affaires rentables pour les STEP.

Autant de sujets dont les représentants du SER auront le loisir d’évoquer avec leurs interlocuteurs de la DGEC, à l’occasion du lancement, ce mardi, des révisions de la PPE et de la stratégie nationale bas carbone. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus