Hydrocarbures: un moratoire en Méditerranée

Le 11 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une plateforme pétrolière offshore.
Une plateforme pétrolière offshore.
BOEM

Pas de recherche d’hydrocarbures en mer Méditerranée ‘française’, a décidé Ségolène Royal. Une mesure qui devrait être aisée à mettre en œuvre puisqu’il n’y a, actuellement, aucun permis délivré sur la zone. La ministre souhaite voir ce moratoire étendu à l’ensemble de la Méditerranée.

Un moratoire sur les recherches d’hydrocarbures en mer Méditerranée. Voilà l’une des annonces faites par Ségolène Royal à l’occasion de la Conférence nationale de l’océan, qui s’est tenue le 8 avril. «Compte tenu des conséquences dramatiques susceptibles d’affecter l’ensemble de la Méditerranée en cas d’accident de forage pétrolier, [la ministre de l’environnement] décide d’appliquer un moratoire immédiat sur la recherche d’hydrocarbures en Méditerranée, à la fois dans les eaux territoriales de la France et dans la zone économique exclusive (plateau continental)», précise le communiqué. Une annonce qui est intervenue alors que se tenait à Pau un sommet de professionnels du pétrole et gaz offshore, perturbé par des militants écologistes.

Coup de comm'

«Un coup de comm’ à bon compte, estime Nicolas Daures, qui tient un blog collectif sur la question des gaz et pétrole de schiste. Il n'existe à ce jour aucun permis ni aucune demande de permis en Méditerranée ‘française’. Le dernier en date était le permis Rhône-Maritime, qui n'a pas été renouvelé en 2015[1] il rappelle que d’autres permis sont, en revanche, en cours de validité au large des côtes françaises, dans le golfe de Gascogne, le bassin d'Arcachon, Guyane, dans les Antilles, à Saint-Pierre et Miquelon.

Dans tout le bassin

Ségolène Royal compte demander l’extension du moratoire à l’ensemble de la Méditerranée dans le cadre de la convention de Barcelone sur la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen. Une mesure qui ne manquera pas de faire réagir ses homologues, puisque de nombreux permis sont actuellement en cours d’exploration et d’exploitation en offshore dans tout le bassin méditerranéen.

 

 
La ministre de l’environnement a annoncé vouloir adapter la réglementation dans les eaux territoriales afin d'éloigner les ferries faisant route vers l’Italie à 6 kilomètres de la côte corse. Les navires de l’Etat devraient être équipés de systèmes de détection de collision avec les grands cétacés dès 2016.

 



[1] Ce que conteste devant les tribunaux l’ex-titulaire du permis.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus