Hulot: un pas en avant, un pas en arrière

Le 01 septembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas d'avancée sur le déstockage de Stocamine
Pas d'avancée sur le déstockage de Stocamine

Le ministre de la transition écologique et solidaire fait appel de l’annulation de la condamnation de l’exploitant de la ferme des 1.000 vaches, mais il ne compte pas favoriser le déstockage complet des déchets de Stocamine.

Le 29 juin 2016, le tribunal administratif d’Amiens avait annulé l’amende administrative et l’astreinte journalière prononcées en août 2015 par le préfet de la Somme. Motif: non-respect par l’exploitant du seuil de 500 vaches imposé en février 2013 à la ferme située à Drucat, non loin d’Abbeville. Mais l’Etat a annoncé, le 30 août, faire appel de cette décision devant la Cour administrative d’appel de Douai. Ouverte en septembre 2014, la ‘ferme des 1.000 vaches’ compte aujourd’hui près de 800 bovins.

 

Déstockage partiel à Stocamine

Dans le dossier Stocamine, en revanche, Nicolas Hulot confirme le déstockage partiel des déchets industriels dangereux décidé en mars 2017 par le préfet du Haut-Rhin. Il l’a annoncé dans un courrier envoyé le 10 août au député Eric Straumann (Les Républicains). Une défaite pour celui qui réclame de longue date de procéder au déstockage complet des 44.000 tonnes de déchets enfouis à 650 mètres de profondeur dans les galeries des anciennes mines de potasse d’Alsace. Une défaite aussi pour le collectif Déstocamine, qui rappelle le risque d’une contamination de la nappe phréatique.

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus