Huile de palme : Sinar Mas désavoué par ses pairs

Le 24 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Jeudi 23 septembre, la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO), un groupe d’industriels et d’ONG basé à Kuala-Lumpur (Malaisie), a envoyé une lettre de mise en garde à Smart, l’un de ses membres et filiale du géant indonésien de l’agroalimentaire Sinar Mas, lui reprochant des infractions et le menaçant d’expulsion.

C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose le producteur d’huile de palme à Greenpeace, qui l’accuse de déforestation illégale et massive en Indonésie. Une allégation en partie confirmée cet été par un rapport d’audit indépendant, commandé par une autre filiale de Sinar Mas [voir le JDLE du 23 août]. Ont été notamment corroborés la destruction de tourbières, le déboisement sans permis et la violation des règles du RSPO sur la Haute valeur de conservation (HCV) des forêts.

Cette fois, l’accusation est attestée par le RSPO lui-même, entité créée en 2004 pour établir des critères sociaux et environnementaux stricts pour l’industrie de l’huile de palme. Le RSPO reproche à Smart des entorses sévères au code de bonne conduite, notamment la violation des règles de conformité légale, des principes d’évaluation de l’impact social et environnemental et de protection des tourbières.

Inédite, cette mise en garde est susceptible, en l’absence de mise en œuvre de mesures correctives, d’exposer l’industriel à des sanctions pouvant aller jusqu’à l’expulsion du RSPO. Smart a déclaré qu’il allait œuvrer pour se mettre en conformité avec les recommandations de ses pairs.

Greenpeace se félicite de la réaction du RSPO qui « confirme que Sinar Mas a induit en erreur ses clients et actionnaires en tentant de minimiser ses responsabilités ». L’ONG continue d’appeler les clients de Sinar Mas, tel Cargill, à suivre Unilever, Nestlé et Burger King, qui ont annulé leurs contrats. « Greenpeace demande également au gouvernement indonésien d’adopter un moratoire sur le déboisement des forêts naturelles, incluant les zones déjà allouées à l’agro-industrie, mais non encore développées » selon son communiqué.

Dans le JDLE « Huile de palme : Cargill critiquée par une ONG »

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus